Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°38 | Et le sexe ?

Sébastien Tencheni
Entre mes hommes et mes chefs
Journal d’un lieutenant au Mali
Lavauzelle, Panazol, 2017
Sébastien Tencheni, Entre mes hommes et mes chefs, Panazol

Ce petit livre est à la fois important, touchant et énervant. Avec le retour des opérations extérieures dans la durée est également revenu le temps des témoignages de soldats et des publications de « journaux de campagne ». C’est non seulement une bonne chose, car cela permet de compléter utilement le récit généraliste sur une opération, mais c’est aussi important afin de renseigner de la manière la plus précise possible « l’expérience combattante » de l’armée d’aujourd’hui. Ce livre est donc intéressant puisqu’il apporte de très nombreux détails sur les opérations conduites, vécues en bss entre mai et septembre 2014 par l’eei du 12e Cuir (2e brigade blindée). Le point d’observation est celui du chef de peloton, un lieutenant issu de l’emia, qui note au jour le jour ses activités et ses réactions, parfois épidermiques. Il est touchant parce que l’on y retrouve tous les enthousiasmes du jeune officier, en particulier à l’égard de ses subordonnés, et ponctuellement ses exigences à l’égard de ses chefs, comme ces généraux de passage qui ne trouvent pas deux minutes pour venir parler aux soldats. Ce livre est également énervant parce que bien des critiques ponctuelles ou des affirmations nettement assénées ici et là relèvent d’a priori, pour ne pas dire de lieux communs (ne pas les prendre au premier degré donc). Et pourtant, c’est bien ce mélange qui fait la réalité de la vie. Lorsque vous êtes en opération, vous n’avez que rarement le temps de philosopher sur les tenants et les aboutissants de la grande géopolitique, et au retour les propos de « popote » sont rarement nuancés. Le lieutenant a aussi l’honnêteté de reconnaître ses erreurs et lorsqu’il évoque ses relations parfois rugueuses avec son capitaine, il semble pouvoir faire la part des responsabilités réciproques. Les envolées presque lyriques sur l’« Afrique des grands coloniaux » ou sur l’appartenance à la communauté du Prytanée peuvent faire sourire, mais elles montrent aussi la permanence d’une certaine conception de l’engagement et du devoir. En résumé, un livre qu’il convient de ranger soigneusement avec les témoignages qui se multiplient désormais sur les opérations les plus récentes ou en cours, de façon à documenter avec la plus grande précision possible l’écriture de leur histoire.

PTE

Krüger | Nicolas Patin
Pierre-Jean Luizard | Chiites et sunnites