Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°35 | Le soldat et la mort

Philippe Pasteau
Ferveur religieuse pendant la Grande Guerre
Versailles, Via Romana, 2016
Philippe Pasteau, Ferveur religieuse pendant la Grande Guerre, Via Romana

Dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, après avoir écrit sur les combattants, le lieutenant-colonel Philippe Pasteau réunit dans cet ouvrage quelques aspects marquants de la pratique religieuse catholique pendant le conflit. Dans une première partie, il souligne notamment le courage des aumôniers militaires titulaires et volontaires qui, avec abnégation, au sein du service de santé, assistèrent moralement les combattants croyants ou non. Mettant en exergue un renouveau dans la piété des soldats, mais aussi au sein de leurs familles à l’arrière, l’auteur présente la propagation variable, selon les années, de cette ferveur tout au long de la guerre. Alors que l’Europe se déchire, il revient également sur les nombreuses tentatives de paix proposées par le souverain pontife, qui sont toutes rejetées, tandis que le président Wilson les exploite à son profit, en janvier 1918, en proposant ses « quatorze points » pour la paix. La seconde partie de cet ouvrage est consacrée à la relation délicate des catholiques et de la IIIe République, régime qui enchaînait les mesures discriminatoires (expulsions, confiscations, interdictions d’enseigner ou d’exercer des professions médicales...) à leur encontre depuis près d’une trentaine d’années quand la guerre éclate. L’auteur montre ainsi que ces mesures n’ont en rien entamé le patriotisme des religieux et religieuses qui ont, en masse, fait acte de volontariat, parfois en obtenant de haute lutte l’autorisation de leur congrégation ou hiérarchie d’aller s’engager. Il montre aussi que certains hommes politiques ont fait preuve d’une grande constance dans leur volonté anticléricale, cultivant l’ambiguïté de l’« union sacrée » et de la « religion patriotique ». Pour autant, les Français ne les ont pas suivis sur ce terrain et la fraternité des tranchées les a réconciliés à défaut de pacifier l’Assemblée nationale. Les nombreuses citations de soldats, d’aumôniers, d’hommes politiques et d’historiens incitent le lecteur à faire un parallèle entre les conditions de la pratique religieuse au début du xxe siècle et une laïcité qui se cherche aujourd’hui.


1918 | Jean-Yves Le Naour
Daniel Lagot | Le Droit international et les ...