Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°35 | Le soldat et la mort

Daniel Lagot
Le Droit international et les guerres de notre temps
Paris, L'Harmattan, 2016
Daniel Lagot, Le Droit international et les guerres de notre  temps, L'Harmattan

L’actualité du sujet est une évidence et pourtant ces questions si techniques restent souvent entourées de flou pour la plupart des militaires. D’où l’intérêt de ce livre. Organisé en grands chapitres clairement délimités, il commence par un rappel de ce que sont l’organisation et le fonctionnement du système international, puis s’attache à la définition des crimes contre l’humanité et à l’histoire du droit humanitaire, qu’il s’agisse des armes particulières (biologiques, chimiques, nucléaires) ou des ambiguïtés qui subsistent (place des civils, dégâts collatéraux, compétences de la cpi...). Daniel Lagot s’intéresse ensuite aux opérations décidées par l’onu, puis longuement à la complexe intervention en Libye ainsi qu’aux « organisations armées non étatiques », qui constituent fréquemment aujourd’hui l’adversaire des armées occidentales, en particulier à travers les exemples des conflits en Syrie et en Irak. Il termine son étude par un « Bilan de la justice internationale », finalement assez contrasté. Au long de son ouvrage, ponctuellement, les ong plus ou moins caritatives ou engagées sont prises en compte, comme sont régulièrement pointées les interprétations nationales différentes et les difficultés de mise en œuvre d’une architecture juridique qui, pour devenir de plus en plus prégnante, n’en reste pas moins imparfaite. Déjà auteur d’une dizaine d’ouvrages sur ce thème, Daniel Lagot nous propose ici un volume de synthèse précis et utile. À connaître par tous ceux, étudiants ou acteurs des conflits, qui doivent disposer d’une information sûre sur ces questions.

PTE

Ferveur religieuse pendant la ... | Philippe Pasteau
René Quinton | Maximes sur la guerre