Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

Jean-Louis Georgelin

Entré à l’École spéciale militaire en qualité de saint-cyrien en septembre 1967, Jean-Louis Georgelin choisit, à l’issue de sa scolarité, de servir dans l’infanterie et rejoint l’École d’application de l’infanterie (eai) à Montpellier. À l’été 1970, lieutenant, il est affecté au 9e régiment de chasseurs parachutistes où il tient les fonctions de chef de section. Il retourne à Montpellier en 1973 comme instructeur à l’École d’application de l’infanterie. Trois ans plus tard, il est muté comme capitaine au 153e régiment d’infanterie de Mutzig où il prend le commandement d’une compagnie. À l’issue de son commandement, il passe un an au centre d’exploitation du renseignement militaire avant d’être nommé aide de camp du chef d’état-major de l’armée de terre. Promu commandant, il part à Fort Leavenworth, aux États-Unis, suivre le Command and General Staff College, puis rejoint l’École supérieure de guerre à Paris. En 1985, lieutenant-colonel, il est muté à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr où il commande un bataillon pendant trois ans, avant de diriger la section « Études et prospectives » du bureau « Planification-finances » de l’État-major de l’armée de terre. De 1991 à 1993, il prend le commandement du 153e régiment d’infanterie à Mutzig avant d’être pendant un an auditeur au Centre des hautes études militaires (chem) et à l’Institut des hautes études de la défense nationale (ihedn), puis adjoint au chef du cabinet militaire du Premier ministre de 1994 à 1997. Promu général de brigade en 1997, il est nommé général adjoint à la 11e division parachutiste et rejoint la Force de stabilisation (sfor) en ex-Yougoslavie pour occuper les fonctions de chef du bureau « Plans and Policy ». Il est ensuite affecté à l’état-major des armées d’abord en tant que chef de la division « Plans, programmes, évaluation », puis comme sous-chef d’état-major « Plans ». Il est promu général de division en août 2000 et général de corps d’armée en octobre 2002. Chef de l’état-major particulier du président de la République en 2002, il est promu général d’armée le 3 octobre 2003, avant d’être nommé chef d’état-major des armées françaises le 4 octobre 2006. Il est admis dans la deuxième section des officiers généraux le 28 février 2010. Il est grand-croix de la Légion d’honneur et grand-croix de l’Ordre national du Mérite. Le 9 juin 2010, il est nommé grand chancelier de la Légion d’honneur et chancelier de l’Ordre national du Mérite.