Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°40 | Patrimoine et identité

Olivier Entraygues
L’École de guerre
La formation des chefs de l’armée de terre, 1870-1914
Nancy, Le Polémarque, 2018
Olivier Entraygues, L’École  de guerre, Le Polémarque

Auteur prolixe ayant à son actif une quinzaine d’ouvrages sur les questions doctrinales et stratégiques, Olivier Entraygues, officier désormais habilité à diriger des recherches, nous propose une histoire bienvenue de l’École de guerre et de la formation qui y a été dispensée jusqu’à la Grande Guerre. Préfacé par le chef d’état-major de l’armée de terre alors qu’une nouvelle École de guerre vient de renaître, ce livre est sans aucun doute le plus complet sur le sujet depuis les travaux qui avaient précédé et accompagné le colloque du centenaire de l’école. Au fil des quatre grandes parties (« À l’école allemande, 1870-1877 », « L’école, foyer d’un intellectualisme militaire, 1878-1895 », « Un centre intellectuel à l’épreuve d’une rupture, 1895-1914 » et « Essai de synthèse : de la pensée à l’action »), l’auteur retrace avec un grand souci du détail l’évolution de cette scolarité exceptionnelle, ses enjeux, ses faiblesses, ses risques et ses forces. Il insiste au fur et à mesure sur l’influence de quelques noms bien connus, de Lewal à Bonnal et à Foch. Reste posée en permanence la question « Peut-on enseigner la guerre ? », à laquelle la réponse ne peut être que positive... Comment pourrait-on envisager d’entrer en campagne sans formation ? Mais que faut-il enseigner et comment le faire ? Les tâtonnements et les évolutions ont été nombreux, preuve que l’institution est tout sauf monolithique. Il n’en reste pas moins que les défaites initiales d’août 1914 font légitimement s’interroger sur la pertinence de cet enseignement. Débat difficile, que l’on peut (peut-être) résoudre en considérant que la formation intellectuelle est indispensable afin de pouvoir ensuite s’adapter dans les meilleures conditions et les meilleurs délais. Et surtout, comme le précise le cemat, « rester forts dans la défaite, mais aussi humbles dans la victoire ». Un volume indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’institution militaire et à la formation de ses chefs.

PTE

Koursk | Nicolas Pontic
Julie d’Andurain, Fr... | Les Français et les armes à fe...