Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°36 | L’action militaire, quel sens aujourd’hui ?

Jean-Pierre Martin
Les Alpes
Terre de batailles
Tours, Éditions Sutton, 2017
Jean-Pierre Martin, Les Alpes, Éditions Sutton

Les quelques ouvrages qui traitent du combat en montagne sont fort peu nombreux à s’intéresser à une aire géographique dans le temps long. Or tel est ici le cas. En un peu moins de deux cents pages, Jean-Pierre Martin nous raconte l’histoire des Alpes dans la guerre depuis Hannibal et ses éléphants. On ignore généralement toute l’importance de ce massif pendant de longs siècles après la chute de l’Empire romain, dont les nombreux franchissements des troupes des empereurs romains germaniques en route pour l’Italie, puis les combats du xvie au xviie siècle, avec milices régionales et schismatiques vaudois, enfin à partir du xviiie lorsque la Savoie, puis le royaume de Piémont-Sardaigne, est partie prenante de presque tous les conflits européens. On sait que durant la Révolution (Masséna en Suisse) et l’Empire (Hofer au Tyrol), les Alpes sont durablement un véritable champ de bataille. Le xixe siècle est, lui, marqué par la naissance de troupes spécialisées, les premiers Tiroler Kaiserjäger en Autriche, puis les Alpini italiens, les chasseurs alpins français ensuite et, enfin, les Schneeschuhbataillon allemands, derniers-nés à la fin de l’année 1914. Cette même Première Guerre mondiale voit les « soldats de montagne » se battre sur tous les fronts, avec une réputation justifiée de troupes d’élite, diables bleus français comme Alpenkorps allemands. Mais les Alpes elles-mêmes restent une zone en paix pendant la Grande Guerre, ce qui n’est pas le cas à partir de 1940, avec d’abord l’échec de l’offensive italienne en juin, puis les maquis, et enfin, en 1945, quelques-uns des derniers combats contre les forces de l’Axe. Un solide résumé, sobrement écrit et fort bien illustré. Sans prétention scientifique mais synthèse à la portée de tous, un livre tout à fait utile qui se termine sur un index des sigles et sur quelques orientations bibliographiques.

PTE

Guerre sainte, martyre et ter... | Philippe Buc
Odile Roynette, Gill... | La Langue sous le feu