Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

C’est une véritable somme que nous proposent ici deux des meilleurs connaisseurs de la France de la Seconde Guerre mondiale. Le phénomène collaborationniste reste à la fois particulièrement flou (où commence-t-il et où finit-il ?) et marqué du sceau de l’infamie. Sous le terme générique de « collaboration » sont regroupés des comportements parfois très différents dans les domaines les plus variés. C’est cette complexité, souvent camouflée sous un discours plus idéologique qu’historique, que les auteurs décortiquent. Après en avoir rapidement identifié les causes profondes selon eux (l’héritage politique de la IIIe République et le mythe Pétain), ils organisent leur livre en cinq parties chronologiques : « Lever de rideau, juin-décembre 1940 », « Révolution nationale et ordre nouveau, janvier 1941-avril 1942 », « Au nom de l’Europe, avril-décembre 1942 », « Illusions et désillusions, janvier 1943-mai 1944 » et « Le rideau tombe, janvier 1944-mai 1945 ». Le ton est à la fois posé et sans concession, les errements de la propagande (des propagandes) soulignés, et l’ensemble s’appuie sur de très nombreuses citations et références. On peut ainsi suivre dans les méandres des manœuvres indirectes les rapports entre Vichy et les « politiques parisiens », s’intéresser à la collaboration économique, aux « vichysto-résistants », à Laval ou au projet de Constitution de Pétain au début de l’année 1944. L’ouvrage se termine par une solide présentation critique des principaux ouvrages publiés sur le sujet depuis 1945, une belle bibliographie qui puise à tous les courants de pensée, et par un index très complet. Au bilan, un livre volumineux, fouillé, précis ; une synthèse à conserver parmi ses ouvrages de référence.

PTE

Le Sud pouvait-il gagner la gu... | Vincent Bernard
Ahmed Bouyerdene | La Guerre et la paix