Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°32 | Le soldat augmenté ?

Erich Ludendorff
La Guerre totale
Paris, Perrin, 2015
Erich Ludendorff, La Guerre totale, Perrin

Chef d’état-major de Hindenburg, le « quartier-maître général de l’empire » qui s’est illustré pendant la Première Guerre mondiale développe dans cet ouvrage sa vision de ce que devra être la prochaine guerre. S’il a été un grand militaire, il n’est certainement ni un grand penseur ni un brillant auteur, d’autant que sa prose est désavantagée par une traduction très moyenne (elle est visiblement le produit d’un germanophone qui connaît notre langue, mais pas la finesse de ses tournures) qui donne lieu à des lourdeurs rédhibitoires, voire à des mots inadaptés (on « équipe » une armée plus qu’on ne l’« outille », par exemple). Une fois ce handicap identifié, on peut constater que l’auteur se livre à une démonstration stupéfiante où l’armée est l’objet de toutes les attentions, le général en chef le décideur suprême, la politique au service de l’armée et le peuple uni dans la « cohésion animique » (terme employé à de très nombreuses reprises) prêt à se sacrifier pour la sauvegarde de la race allemande qui possède son dieu propre. À ses yeux, il n’y a d’avenir que dans la guerre et l’Allemagne doit s’y préparer en permanence. Le contenu idéologique est très proche de celui d’Hitler, qui en reprendra certains aspects (terroriser les populations civiles, par exemple) à l’exception notable de l’asservissement du pouvoir politique au militaire… Les recommandations de ce grand chef sont souvent d’une banalité ou d’une généralité affligeantes et parfois tournent en boucle (on y détecte même une sorte de mécanisation de la pensée !), en laissant comprendre que si les choses s’étaient déroulées selon ses préceptes, la Grande Guerre aurait été gagnée. Il semble néanmoins avoir bien compris les concepts de la guerre moderne (ceux que la France avait adoptés en 1917-1918 et a oubliés ensuite…) et livre quelques idées qui seront reprises et mises en œuvre par la Wehrmacht quelques années plus tard. L’existence de ce document est une sérieuse mise en garde contre l’idée de donner le pouvoir aux militaires !

Philippe Mignotte

L’Ennemi invisible | Sofiane Bouhdiba
Général Edmond Buat | Journal