Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°16 | Que sont les héros devenus ?

François Lagrange

Deux régimes du sacrifice à l’épreuve de la Grande Guerre

« Les grands cœurs ont l’amour lugubre du martyre, et le rayonnement du précipice attire. Ceux-ci sacrifiant, ceux-là sacrifiés. »

Victor Hugo
(« Loi de formation du progrès », février 1871, L’Année terrible, 1872).

« La démocratie fait du consentement des personnes humaines la règle du droit national et international. »

Jean Jaurès (« La paix et le socialisme », 9 juillet 1905).

« Le seul vrai scandale à la guerre, c’est de mourir pour rien. »

Georges Bernanos
(« La France potagère », juillet 1940)

« Je vis au bord de la tombe, je n’ai plus rien à espérer de la vie. J’ai fait don de ma personne à la France, on le dit, mais au fond, c’est en paroles, car on tient à la vie… »

Philippe Pétain (30 août 1945)1.

En ouverture d’un récent récit autobiographique, un romancier français à succès évoque le destin de son arrière-grand-père, tombé au front en septembre 1915, lors de la deuxième bataille de Champagne : « Il était grand, il était beau, il était jeune, et la France lui a ordonné de mourir pour elle. Ou plutôt […] la France lui a donné l’ordre de se suicider. Comme un kamikaze japonais ou un terroriste palestinien, ce père de quatre enfants s’est sacrifié en connaissance de cause. Ce descendant de croisés a été condamné à imiter Jésus-Christ : donner sa vie pour les autres2. » Cette idée d’une vérité originaire à appréhender dans la Grande Guerre, le rapprochement établi, pour ne pas écrire le télescopage, entre formes de suicide et d’(auto) sacrifice historiquement dissemblables constituent un intéressant révélateur du trouble de la sensibilité occidentale contemporaine par rapport à l’essentielle et complexe notion de sacrifice3.

Au-delà des confusions, il a paru intéressant de se livrer à quelques recherches sur la manière dont sont repérables, juste avant, puis pendant la Grande Guerre, deux types distincts de discours sur le sacrifice4.

  • Avant 1914 : un discours militaire du sacrifice
  • Le sacrifice naturel

Le sacrifice, entendu comme l’acceptation par le soldat (ou l’officier) d’aller au-devant de la mort pour remplir la mission qui lui est confiée, apparaît naturel à plusieurs penseurs militaires français de la guerre de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle5. Il est aisé de réunir un florilège d’assertions significatives émanant d’auteurs au statut institutionnel important.

Le général Lucien Cardot (1838-1920), introducteur de Clausewitz à l’École supérieure de guerre (esg), a exercé une indéniable influence. Marqué par la définition clausewitzienne de la guerre comme duel de deux volontés, il juge le rôle des forces morales prépondérant pour vaincre. Dans son ouvrage Hérésies et apostasies militaires de notre temps, publié en 1908, il traite explicitement du sacrifice : « Il faut trouver le moyen de conduire les gens à la mort, sinon, il n’y a plus de guerre possible ; ce moyen, je le connais ; il est dans l’esprit de sacrifice, et non ailleurs. » Idée à laquelle il revient sans cesse, usant de formules brutales et imagées : « L’homme qui veut faire la guerre doit faire le sacrifice de sa peau, et tant que ce sacrifice n’est pas accompli sur sa personne, tant que sa propre peau est intacte, il ne peut pas s’en aller ! »

D’autres plumes autorisées exaltent le sacrifice, tel le général Langlois (1839-1912), professeur à l’esg et membre du Conseil supérieur de la guerre (csg). Le style plus euphémistique ne masque pas la convergence fondamentale : « Il faut en découdre et, par suite, courir des risques, éprouver des pertes. De tout temps la guerre s’est payée cher et c’est avec le moral qu’on lutte, avec le moral qu’on gagne, en attaquant6. »

Le général de Castelnau (1851-1944)7 s’inscrit, lui, dans un contexte concret. Commentant un exercice militaire en Lorraine, le 2 juillet 1914, à la IIe armée, il tient des propos ultérieurement rapportés sous l’appellation d’« homélie de la mort ». Il y insiste vigoureusement sur la détermination du moment décisif où il faut judicieusement se sacrifier, avec le souci du meilleur résultat tactique : « Lorsqu’il n’y a plus qu’à mourir, il reste encore à mourir puissamment8. »

La situation du capitaine Gilbert diffère de celle des trois officiers généraux précédents. Ce polytechnicien qui a quitté l’armée pour raisons de santé, mais qui demeure fort proche de l’état-major, publie articles et ouvrages sur les questions militaires. Habitué au débat public, il écrit : « Enfin et surtout elle [la guerre] exige le sacrifice constant, total, absolu de l’individu à la collectivité9. »

Une étude plus détaillée montrerait entre ces spécialistes des nuances, et même des divergences. Subsiste le point qui nous retient : ils perçoivent le sacrifice à la guerre comme allant (presque) de soi.

  • Le sacrifice professionnel

Cette apparente évidence n’est pas une singularité française. Il faudrait se livrer à des investigations plus complètes en Europe, mais relevons déjà que Cardot cite fréquemment le général russe Dragomirov, commandant de l’École de guerre russe de 1878 à 1889, qui lui inspire certaines de ses formules les plus abruptes : « Péris toi-même pour secourir un camarade10. » On rappellera également une vieille déclaration de Moltke l’Ancien, le vainqueur de 1870, en 1881, citée par Maupassant (lui-même très hostile au bellicisme) : « Un massacreur de génie, M. de Moltke, a répondu dernièrement aux délégués de la ligue de la paix les étranges choses que voici : «La guerre est sainte, d’institution divine : c’est une des lois sacrées du monde ; elle entretient chez les hommes tous les grands, les nobles sentiments, l’honneur, le désintéressement, la vertu, le courage, et empêche en un mot de tomber dans le plus hideux matérialisme »11. »

Ces vues ne sont pas exprimées par les seuls militaires. Jaurès, si méfiant à l’égard des risques de guerre en Europe, critique en 1905 les inconvénients du « fardeau de la paix armée » et estime que « la haute probabilité du péril prochain, la certitude du sacrifice imminent, la fréquente familiarité de la mort joyeusement acceptée ne renouvellent plus dans le militarisme administratif les sources de la vie morale »12. Ce raisonnement relève en partie d’un procédé rhétorique (mettre le militarisme en contradiction avec ses principes), mais il conduit le leader socialiste français à adopter, jusqu’à un certain point et sans se scandaliser, la thématique militaire du sacrifice.

L’un des attendus implicites essentiels de ce discours du sacrifice naturel, presque réflexe, est que la guerre dans laquelle il intervient se conforme (plus ou moins) à une vision napoléonienne de la campagne et de la bataille. De même, les armées concernées sont, pour nos auteurs militaires, aussi professionnalisées que possible, possédant des cadres expérimentés et des effectifs permanents instruits (même si les soldats sont issus en grande partie de la conscription) par une présence sous les armes relativement durable. À cette société militaire stable correspond une logique sacrificielle d’allure héroïque13.

On admettra donc l’existence, avant 1914, d’une pensée (plus ou moins développée et reposant sur des argumentations assez variées) commune à d’éminents responsables militaires, et vraisemblablement à une partie des élites politiques, tenant le sacrifice au combat pour un élément constitutif de la guerre et considérant qu’une bonne armée, bien encadrée, bien entraînée et voulant obtenir la victoire (sans s’interroger plus que de raison sur cet aspect) y tend naturellement.

  • Pendant la Grande Guerre : un discours combattant du sacrifice
  • Le sacrifice entre sens et souffrance

Les multiples et profonds bouleversements introduits par la Grande Guerre à toutes les échelles (ampleur, durée, intensité des combats) suscitent l’apparition et l’essor d’un autre type de discours du sacrifice, distinct du précédent. Cette nouvelle perception constitue l’un des versants du discours, plus ou moins général et explicite selon les circonstances, des combattants sur la guerre, par lequel ils tentent de donner sens à l’épreuve qu’ils endurent. Ces propos s’inscrivent, à bien des égards, dans la problématique de ce que des historiens de la Grande Guerre ont appelé le consentement à la guerre14.

Cette vision combattante du sacrifice se manifeste dans leur correspondance, sur laquelle nous bénéficions, à partir de 1915, des précieux renseignements du contrôle postal15. La fréquence (dès le début de l’année 1916), la continuité, le nombre élevé des rapports (quotidiens, hebdomadaires et/ou mensuels selon le niveau d’observation) couplant notes de synthèse succinctes sur les courants d’opinion les plus répandus parmi les lettres et choix d’extraits jugés représentatifs de l’état des esprits permettent au chercheur d’identifier les thématiques les plus saillantes sur le sacrifice.

Il est éclairant de donner une courte sélection de passages de lettres caractéristiques, par exemple de la fin février 1916 au début juillet 1916, pendant que se déroule, côté français, la phase défensive de la bataille de Verdun16 :

« Voici l’idée que je me suis faite et avec laquelle je veux affronter la mort une fois de plus. Si le destin veut que j’y reste, j’y resterai, ce serait lâche que de chercher à se tirer de la fournaise quand on y va pour une cause commune. J’y vais pour défendre ma mère, mes parents, mes amis » (cp, rapport du 3 avril 1916, extrait 1 noté E1).

« Toute notre force réside dans la conviction que nous avons de voir la victoire couronner nos efforts. Cette idée est si fortement ancrée chez nous que nous nous sacrifions comme aux premiers jours de la guerre dès que nos chefs nous commandent de marcher » (cp, rapport du 30 avril 1916, E2).

« Les rats, les poux, les intempéries, les dangers, tout, nous acceptons tout, nous supportons tout, car nous sommes persuadés que nous aurons la victoire » (cp, rapport du 30 avril 1916, E3).

« Quelquefois on a bien des moments de découragement, mais le dessus est vite repris et on se dit : ce n’est pas pour nous, c’est pour ceux qui resteront après nous, pour qu’ils aient le bonheur de vivre en paix dans leur patrie » (cp, rapport du 13 juin 1916, E4).

« Il nous faut une victoire éclatante, éternelle. C’est à ce prix que tous les sacrifices qui auront été imposés à la France pourront être trouvés moins amers » (cp, rapport du 25 juin 1916, E5).

Plusieurs points méritent attention. Le sacrifice, s’il est consenti, n’a plus rien de naturel. Les cinq extraits laissent chacun sentir qu’il se réfère à une situation d’exception, anormale. Qui dit sacrifice dit souffrance, au sens fort dans l’environnement de la guerre des tranchées (E3, E4, E5). Il en découle, par rapport au sacrifice professionnel d’avant 1914, une redéfinition et un élargissement. La mort est le point culminant du sacrifice, mais celui-ci comporte de nombreux degrés : pour la majorité des hommes, qui ne sont pas militaires de métier, la séparation durable d’avec les siens, les rudes conditions de la vie au front, le seul risque de blessure et de mort appartiennent déjà à la sphère du sacrifice.

Comment donner sens à cette épreuve ? Les correspondants y parviennent en combinant deux éléments clés. D’une part, les combats qu’ils livrent le sont au nom de ce qu’ils ont de plus cher, généralement leur famille, leurs proches (à un autre niveau, plus lointain, leur pays), pour qu’ils soient, dans l’immédiat et à l’avenir, préservés (ou, le cas échéant, vengés) des ravages de la guerre (E1, E4, E5). D’autre part, tout doit être fait pour obtenir une victoire probante contre l’ennemi, afin de justifier les sacrifices déjà consentis (E2, E3, E5).

De telles réflexions persistent de manière homogène dans les lettres, tout au long du conflit17. Ce sujet n’est pas toujours abordé par les correspondants, mais quand il l’est, c’est très régulièrement dans les termes que nous avons recensés.

  • Dynamiques et vertiges du sacrifice des combattants

La stabilité thématique du sacrifice n’empêche pas l’existence de dynamiques associées, qui affectent tant le front que d’autres secteurs de la société. La première, souvent implicite, mais forte, est que plus la guerre se prolonge, plus elle cause de morts et de destructions, plus il est difficile d’accepter que les souffrances endurées n’aboutissent pas à la victoire. Une telle préoccupation atteint les plus hauts dirigeants ; des considérations de Foch, relatées en janvier 1920, le prouvent : « Mais c’est dur de voir tomber tant d’hommes. Les sacrifices étaient sanglants, cruels. Et plus ils étaient cruels, plus ils nous créaient nettement un devoir supérieur. Ils ne devaient pas être inutiles. Si nous ne réussissions pas, me disais-je, tout craque18. »

La seconde, fort proche, est que l’intensité des épreuves des combattants affecte profondément leurs relations avec l’arrière. Un dirigeant politique aussi important que Clemenceau en est parfaitement conscient : « Ces Français que nous fûmes contraints de jeter dans la bataille, ils ont des droits sur nous. Ils veulent qu’aucune de nos pensées ne se détourne d’eux, qu’aucun de nos actes ne leur soit étranger. Nous leur devons tout, sans aucune réserve. Tout pour la France saignante dans sa gloire, tout pour l’apothéose du droit triomphant19. » Le sacrifice des uns leur ouvre une créance symbolique sur les autres. D’où, par contrecoup, la vigueur acrimonieuse des plaintes contre les embusqués, qui tentent de se soustraire indûment à « l’égalité de l’impôt du sang »20.

L’emprise de la logique du sacrifice se ressent même dans des écrits contestataires, comme la fameuse chanson dite de Craonne :21 22

« Refrain.

Adieu la vie

Adieu l’amour

Adieu toutes les femmes

C’est pas fini

C’est pour toujours

De cette vie infâme […] 21

Car nous sommes tous des condamnés

C’est nous les sacrifiés. […]

Refrain [de conclusion]

Ceux qui ont le pognon

Ceux-là reviendront

Car c’est pour eux que l’on s’crève

Mais c’est fini

Car nos troufions

Vont tous se mettre en grève

C’est à votre tour M. et Mme les Gros

De monter sur le plateau

Et si vous voulez faire la guerre

Payez-la de votre peau22. »

La version de ce texte date de février 1917 ; elle a été jugée subversive et censurée par le contrôle postal, ce qui se comprend à en lire deux des passages les plus vifs, que nous reproduisons. Pourtant, à bien y regarder, il s’agit essentiellement d’une plainte. Elle ne s’attaque pas frontalement au sacrifice, ce qu’a relevé Paul Vaillant-Couturier, qui, combattant lui-même et analyste engagé (il devient au sortir de la guerre un dirigeant socialiste, bientôt communiste), y voit la « complainte de la passivité triste des combattants »23. De fait, le premier refrain met l’accent sur la dureté du sort imposé aux « sacrifiés »24, tandis que le dernier réclame l’égalité dans le sacrifice (n’est-ce pas, d’une certaine manière, l’accepter ?). Ils traduisent une sorte de vertige : le poids excessif des souffrances accumulées d’une part et leur inégale répartition de l’autre faussent la portée du sacrifice, lui font perdre son sens.

Le haut commandement lui-même se divise devant les conséquences du sacrifice de masse. Le journal de marche de Joffre conserve des conjectures du maréchal – écarté des responsabilités fin 1916 – mais attentif aux événements sur une offensive alliée victorieuse en 1918 : « Si cette bataille est possible en 1918, il faut la livrer […], en courir les risques et en consentir les pertes. Après un million cinq cent mille hommes de pertes, que peuvent signifier deux cent mille hommes de plus, en regard des buts à atteindre, de l’étendue des conséquences25 ? » Le sacrifice appelle le sacrifice, dans une sorte d’emballement, où émerge, parallèlement aux sacrifiés, la sombre figure du sacrificateur26.

L’orientation de Pétain paraît inverse. Après la guerre, il critique ouvertement la tactique de l’offensive à tout prix : « On semble vraiment trop oublier leurs misères et la continuité de leurs [des hommes] sacrifices, dont eux-mêmes ne voient plus bien la justification. […] D’incessantes actions de détail […] ne rapportent que des succès éphémères, coûtant fort cher et après lesquels les cadavres abandonnés entre les lignes rappellent aux survivants l’inanité des sacrifices consentis27. » Trop de sacrifice, sans résultat, tue le sacrifice28. Et Pétain rappelle les changements tactiques et stratégiques qu’il a décidés, après avoir pris la tête de l’armée française en mai 1917, pour limiter les pertes. Mais sur un autre plan, le même Pétain déplore que l’armistice du 11 novembre 1918, voulu par Foch et par Clemenceau, l’ait empêché de déclencher une dernière offensive, prévue pour le 14 novembre, portant enfin la guerre sur le sol allemand29. Difficile balance des moyens et des fins…

Au terme de ce trop bref et donc schématique aperçu, il convient de garder à l’esprit « l’autonomie de la sphère discursive […] et […] la complexité de son rapport avec l’action »30, qui laissent, sur cette redoutable question du sacrifice, bien des pistes ouvertes. On constatera cependant, en conclusion provisoire, combien les attendus du sacrifice, tels qu’en rendent compte les combattants de la Grande Guerre dans leurs lettres, à partir d’une expérience concrète quotidienne, s’écartent de ceux qui sous-tendaient les réflexions de maints théoriciens militaires d’avant 1914. Du sacrifice naturel de héros professionnels, vu d’en haut31, on a basculé dans le sacrifice de masse tragique, douloureux, vu d’en bas, d’individus arrachés par la guerre à la condition civile, qui peinent à trouver sens à cette épreuve, hors de la défense des leurs et de l’espérance d’une victoire qu’ils veulent croire compensatrice. Victoire obtenue finalement à un prix si élevé qu’il sera souvent impossible de la juger réparatrice, amenant Jules Romains à écrire : « Le poids des morts grandit plus vite que la fierté des vainqueurs32. »C


1 Propos recueillis par Joseph Simon, Pétain mon prisonnier, Paris, Plon, 1978, p. 59.

2 Frédéric Beigbeder, Un roman français, Paris, Grasset et Fasquelle, 2009, rééd. sdl éditions, 2010, p. 14.

3 Cf. Cultures & Conflits n° 63, automne 2006, « Mort volontaire combattante, sacrifices et stratégies », notamment François Lagrange, « Les combattants de la “mort certaine”. Les sens du sacrifice à l’horizon de la Grande Guerre », pp. 63-81.

4 Cet article prolonge notre conférence « Du sacrifice du héros au sacrifice sans héros, aperçus sur le cas français dans la Grande Guerre », prononcée le 2 octobre 2008 devant la commission d’histoire socioculturelle des armées du Centre d’études d’histoire de la défense (cehd) alors animée par Claude d’Abzac-Épezy.

5 Parmi les publications sur la pensée militaire de l’époque, on se reportera notamment à Henry Contamine, La Revanche, 1871-1914, Paris, Berger-Levrault, 1957 ; Eugène Carrias, La Pensée militaire française, Paris, puf, 1960 ; Michel Goya, La Chair et l’Acier. L’invention de la guerre moderne (1914-1918), Paris, Tallandier, 2004 ; Dimitry Queloz, « La pensée militaire française et les enseignements de la guerre des Boers », Stratégique n° 84, 2001, paru en 2004, pp. 61-84 et De la manœuvre napoléonienne à l’offensive à outrance. La tactique générale de l’armée française 1871-1914, Paris, Economica, 2009 ; François Lagrange, « Le culte de l’offensive : logique et paradoxes des penseurs militaires d’avant 1914 », Cahier d’études et de recherches du musée de l’Armée (cerma) n° 5, 2006, pp. 75-119 ; Benoît Durieux, Clausewitz en France. Deux siècles de réflexion sur la guerre 1807-2007, Paris, Economica, 2008.

6 Général Langlois, Enseignements de deux guerres récentes, Paris, Lavauzelle, p. 148. La deuxième édition date de 1903.

7 Sous-chef d’état-major de l’armée en 1911 pour assister Joffre nouvellement nommé, membre du Conseil supérieur de la guerre (csg), il commande plusieurs armées françaises au long de la Grande Guerre, sauf en 1915-1916 où il seconde de nouveau Joffre. Ses convictions catholiques lui valent le surnom de « capucin botté », voir général Yves Gras, Castelnau ou l’art de commander, (1851-1944), Paris, Denoël, 1990.

8 Castelnau a perdu trois de ses six fils mobilisables durant la Grande Guerre. Voir Paul Gaujac, Les Généraux de la victoire, tome I, Histoire et Collections, 2007.

9 Capitaine G. Gilbert, La Guerre sud-africaine, Paris, Berger-Levrault, 1902 (ouvrage posthume), p. 502.

10 M. I. Dragomirov, Manuel de préparation des troupes au combat, préparation de la compagnie, Paris, Librairie militaire de L. Baudoin et C°, 1885, p. 136. Il s’agit de la traduction française de la cinquième édition du manuel parue en Russie la même année.

11 Guy de Maupassant, Chroniques, T. I, La Guerre, édition complète et critique de Gérard Delaisement, Paris, Rive Droite, p. 187. Gilbert fait lui aussi allusion à la mystique guerrière de Moltke, op. cit., pp. 499-500.

12 Jean Jaurès, « La paix et le socialisme », Rallumer tous les soleils, textes réunis et présentés par Jean-Pierre Rioux, Paris, Omnibus, 2006, pp. 618-619.

13 Gilbert regrette les « temps héroïques » de la grandeur française, op. cit., p. 483. Pour une réflexion très stimulante sur l’évolution du statut du héros, voir Odile Faliu, Marc Tourret (dir.), Héros d’Achille à Zidane, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007.

14 Voir Jean-Jacques Becker, 1914. Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1977 et L’Année 1914, Paris, Armand Colin, 2004. La problématique de la force et de la persistance du consentement est semblablement centrale chez Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000. Elle a suscité d’importants débats : Frédéric Rousseau, La Guerre censurée : une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Le Seuil, 1999 ; Antoine Prost, Jay Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 2004 ; François Cochet, Survivre au front 1914-1918. Les poilus entre contrainte et consentement, 14-18 éditions, 2005.

15 Le contrôle débute en 1915 et se développe ensuite régulièrement. Voir Jean Nicot, Les Poilus ont la parole, Lettres du front : 1917-1918, Bruxelles, Complexe, 1998 ; Bruno Cabanes, « Ce que dit le contrôle postal », in Christophe Prochasson, Anne Rasmussen (s.d.), Vrai et faux dans la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2004 ; François Lagrange, Moral et opinions des combattants français durant la Première Guerre mondiale d’après les rapports du contrôle postal de la IVe armée, sous la direction du professeur Georges-Henri Soutou, université de Paris-IV-Sorbonne, 2009.

16 Les citations sont tirées des archives du contrôle postal (cp) de la IVe armée, conservées au shat/shd, de la série 16 N 1405-1410. La IVe armée n’est pas impliquée à Verdun mais, du fait de la noria des troupes, comporte une proportion notable d’unités revenant de Verdun pour se reposer en Champagne.

17 Voir François Lagrange, Moral et opinions…, op. cit., pour la période début 1915-mars 1918 ; puis Jean Nicot, op. cit., et Bruno Cabanes, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Le Seuil, 2004, pour la fin de la guerre sur le front français.

18 André de Maricourt, Foch. Une lignée. Une tradition. Un caractère, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1920, p. 225. Foch a eu un fils et un gendre tués, le 22 août 1914.

19 Déclaration ministérielle du 20 novembre 1917, Georges Clemenceau, Discours de guerre, Paris, puf, 1968, p. 131. Seuls civils à bénéficier, au début du conflit et au début seulement, des prestiges du sacrifice, les réfugiés chassés par l’avance allemande en territoire français, comme l’écrit en février 1915 le sénateur Charles Humbert : « La nation a une dette sacrée envers ceux de ses enfants qu’elle n’a pas su défendre et qui, placés à un poste d’honneur et de danger, ont été sacrifiés pour le salut commun », Philippe Nivet, Les Réfugiés français de la Grande Guerre (1914-1920), Paris, Economica, 2004, p. 271.

20 Charles Ridel, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007, p. 76.

21 Dans le rapport du 17 février 1917, le refrain mentionne alors la Champagne et le Plateau. Dans le rapport du 26 février 1917, une variante introduit Verdun et le fort de Vaux.

22 CP, 17 février 1917. On passe du thème du sacrifice consenti à celui des sacrifices humains, voire même des meurtres collectifs. Voir Gaston Bouthoul, Traité de polémologie. Sociologie des guerres, Payot, 1951, 1971,1991, et René Girard, Le Bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982, rééd. Livre de poche, Biblio essais, 1986.

23 Voir Guy Marival, « La Chanson de Craonne. De la chanson palimpseste à la chanson manifeste », in Nicolas Offenstadt (dir.), Le Chemin des Dames. De l’événement à la mémoire, Paris, Stock, 2004.

24 Leur état d’esprit n’est, et de loin, pas aussi radical que celui d’un non-combattant atypique comme Paul Léautaud qui écrit par-devers soi le lundi 3 janvier 1916 : « Au-dessus du devoir, il y a le bonheur. » Paul Léautaud, Journal littéraire, T. I, Novembre 1893-juin 1928, Paris, Le Mercure de France, 1986, p. 993.

25 « Situation générale fin octobre 1917 », Journal de marche de Joffre, présenté par Guy Pedroncini à partir des archives de l’armée de terre, shat, 1990, p. 234.

26 Le poète britannique Wilfred Owen écrit, en 1918, « La Parabole du vieil homme et du jeune », où il réinterprète la Bible en imaginant qu’Abraham sacrifie Isaac, malgré l’intervention d’un ange, messager divin : « Mais le vieil homme ne l’entendit pas ainsi, et tua son fils/Et la moitié des enfants d’Europe, un par un. » Et chaque lent crépuscule… Poèmes et lettres de guerre (1916-1918), Escales du Nord, Le Castor astral, 2001, p. 87.

27 Pétain, La Crise morale et militaire de 1917, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1966, p. 46. La relation aurait été rédigée dès 1925.

28 « Trop d’expiation tue l’expiation », note, dans un esprit voisin, Guillaume Cuchet (« L’Au-delà à l’épreuve du feu. La fin du purgatoire (1914-1935) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire n° 76, 2002, p. 129), qui montre l’influence de la Grande Guerre sur les formes de piété envers le purgatoire des catholiques français. Voir, du même, « Le choc de la guerre », in Le Crépuscule du purgatoire, Paris, Armand Colin, 2005, pp. 208-233.

29 Voir Marc Ferro, Pétain, Paris, Fayard, 1987 ; Guy Pedroncini, Pétain. Le soldat et la gloire, Paris, Perrin, 1989.

30 Jean-Louis Margolin, Violences et crimes du Japon en guerre 1937-1945, Paris, Armand Colin, 2007, 2e édition, Hachette/Grand Pluriel, 2009, p. 166, à propos d’un autre conflit.

31 Il ne disparaît pas totalement, ainsi le souvenir persistant, dans la société militaire, des saint-cyriens de 1914, voir Paluel-Marmont, En casoar et gants blancs, Paris, La Nouvelle Société d’édition, 1928. Que l’on pense aussi à la figure héroïsée de l’aviateur, célèbre comme Guynemer, voir Claude Carlier, « Georges Guynemer : sacrifice et mythe d’un as », in Christian Benoît, Gilles Boetsch et alii, Le Sacrifice du soldat, Paris, cnrs Éditions/ecpad, 2009, pp. 140-144,
ou oublié, comme celui mentionné dans Le Miroir, supplément illustré du Petit Parisien, le 13 août 1916, p. 6 :
« Le sublime sacrifice de l’aviateur de Terline » qui « fonça sur l’adversaire et l’entraîna dans sa chute. »

32 Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, T. III, Vorge contre Quinette, 1939, rééd. Paris, Flammarion/Bouquins, 1988, p. 482.

1 Propos recueillis par Joseph Simon, Pétain mon prisonnier, Paris, Plon, 1978, p. 59.

2 Frédéric Beigbeder, Un roman français, Paris, Grasset et Fasquelle, 2009, rééd. sdl éditions, 2010, p. 14.

3 Cf. Cultures & Conflits n° 63, automne 2006, « Mort volontaire combattante, sacrifices et stratégies », notamment François Lagrange, « Les combattants de la “mort certaine”. Les sens du sacrifice à l’horizon de la Grande Guerre », pp. 63-81.

4 Cet article prolonge notre conférence « Du sacrifice du héros au sacrifice sans héros, aperçus sur le cas français dans la Grande Guerre », prononcée le 2 octobre 2008 devant la commission d’histoire socioculturelle des armées du Centre d’études d’histoire de la défense (cehd) alors animée par Claude d’Abzac-Épezy.

5 Parmi les publications sur la pensée militaire de l’époque, on se reportera notamment à Henry Contamine, La Revanche, 1871-1914, Paris, Berger-Levrault, 1957 ; Eugène Carrias, La Pensée militaire française, Paris, puf, 1960 ; Michel Goya, La Chair et l’Acier. L’invention de la guerre moderne (1914-1918), Paris, Tallandier, 2004 ; Dimitry Queloz, « La pensée militaire française et les enseignements de la guerre des Boers », Stratégique n° 84, 2001, paru en 2004, pp. 61-84 et De la manœuvre napoléonienne à l’offensive à outrance. La tactique générale de l’armée française 1871-1914, Paris, Economica, 2009 ; François Lagrange, « Le culte de l’offensive : logique et paradoxes des penseurs militaires d’avant 1914 », Cahier d’études et de recherches du musée de l’Armée (cerma) n° 5, 2006, pp. 75-119 ; Benoît Durieux, Clausewitz en France. Deux siècles de réflexion sur la guerre 1807-2007, Paris, Economica, 2008.

6 Général Langlois, Enseignements de deux guerres récentes, Paris, Lavauzelle, p. 148. La deuxième édition date de 1903.

7 Sous-chef d’état-major de l’armée en 1911 pour assister Joffre nouvellement nommé, membre du Conseil supérieur de la guerre (csg), il commande plusieurs armées françaises au long de la Grande Guerre, sauf en 1915-1916 où il seconde de nouveau Joffre. Ses convictions catholiques lui valent le surnom de « capucin botté », voir général Yves Gras, Castelnau ou l’art de commander, (1851-1944), Paris, Denoël, 1990.

8 Castelnau a perdu trois de ses six fils mobilisables durant la Grande Guerre. Voir Paul Gaujac, Les Généraux de la victoire, tome I, Histoire et Collections, 2007.

9 Capitaine G. Gilbert, La Guerre sud-africaine, Paris, Berger-Levrault, 1902 (ouvrage posthume), p. 502.

10 M. I. Dragomirov, Manuel de préparation des troupes au combat, préparation de la compagnie, Paris, Librairie militaire de L. Baudoin et C°, 1885, p. 136. Il s’agit de la traduction française de la cinquième édition du manuel parue en Russie la même année.

11 Guy de Maupassant, Chroniques, T. I, La Guerre, édition complète et critique de Gérard Delaisement, Paris, Rive Droite, p. 187. Gilbert fait lui aussi allusion à la mystique guerrière de Moltke, op. cit., pp. 499-500.

12 Jean Jaurès, « La paix et le socialisme », Rallumer tous les soleils, textes réunis et présentés par Jean-Pierre Rioux, Paris, Omnibus, 2006, pp. 618-619.

13 Gilbert regrette les « temps héroïques » de la grandeur française, op. cit., p. 483. Pour une réflexion très stimulante sur l’évolution du statut du héros, voir Odile Faliu, Marc Tourret (dir.), Héros d’Achille à Zidane, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007.

14 Voir Jean-Jacques Becker, 1914. Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1977 et L’Année 1914, Paris, Armand Colin, 2004. La problématique de la force et de la persistance du consentement est semblablement centrale chez Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000. Elle a suscité d’importants débats : Frédéric Rousseau, La Guerre censurée : une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Le Seuil, 1999 ; Antoine Prost, Jay Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 2004 ; François Cochet, Survivre au front 1914-1918. Les poilus entre contrainte et consentement, 14-18 éditions, 2005.

15 Le contrôle débute en 1915 et se développe ensuite régulièrement. Voir Jean Nicot, Les Poilus ont la parole, Lettres du front : 1917-1918, Bruxelles, Complexe, 1998 ; Bruno Cabanes, « Ce que dit le contrôle postal », in Christophe Prochasson, Anne Rasmussen (s.d.), Vrai et faux dans la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2004 ; François Lagrange, Moral et opinions des combattants français durant la Première Guerre mondiale d’après les rapports du contrôle postal de la IVe armée, sous la direction du professeur Georges-Henri Soutou, université de Paris-IV-Sorbonne, 2009.

16 Les citations sont tirées des archives du contrôle postal (cp) de la IVe armée, conservées au shat/shd, de la série 16 N 1405-1410. La IVe armée n’est pas impliquée à Verdun mais, du fait de la noria des troupes, comporte une proportion notable d’unités revenant de Verdun pour se reposer en Champagne.

17 Voir François Lagrange, Moral et opinions…, op. cit., pour la période début 1915-mars 1918 ; puis Jean Nicot, op. cit., et Bruno Cabanes, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Le Seuil, 2004, pour la fin de la guerre sur le front français.

18 André de Maricourt, Foch. Une lignée. Une tradition. Un caractère, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1920, p. 225. Foch a eu un fils et un gendre tués, le 22 août 1914.

19 Déclaration ministérielle du 20 novembre 1917, Georges Clemenceau, Discours de guerre, Paris, puf, 1968, p. 131. Seuls civils à bénéficier, au début du conflit et au début seulement, des prestiges du sacrifice, les réfugiés chassés par l’avance allemande en territoire français, comme l’écrit en février 1915 le sénateur Charles Humbert : « La nation a une dette sacrée envers ceux de ses enfants qu’elle n’a pas su défendre et qui, placés à un poste d’honneur et de danger, ont été sacrifiés pour le salut commun », Philippe Nivet, Les Réfugiés français de la Grande Guerre (1914-1920), Paris, Economica, 2004, p. 271.

20 Charles Ridel, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007, p. 76.

21 Dans le rapport du 17 février 1917, le refrain mentionne alors la Champagne et le Plateau. Dans le rapport du 26 février 1917, une variante introduit Verdun et le fort de Vaux.

22 CP, 17 février 1917. On passe du thème du sacrifice consenti à celui des sacrifices humains, voire même des meurtres collectifs. Voir Gaston Bouthoul, Traité de polémologie. Sociologie des guerres, Payot, 1951, 1971,1991, et René Girard, Le Bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982, rééd. Livre de poche, Biblio essais, 1986.

23 Voir Guy Marival, « La Chanson de Craonne. De la chanson palimpseste à la chanson manifeste », in Nicolas Offenstadt (dir.), Le Chemin des Dames. De l’événement à la mémoire, Paris, Stock, 2004.

24 Leur état d’esprit n’est, et de loin, pas aussi radical que celui d’un non-combattant atypique comme Paul Léautaud qui écrit par-devers soi le lundi 3 janvier 1916 : « Au-dessus du devoir, il y a le bonheur. » Paul Léautaud, Journal littéraire, T. I, Novembre 1893-juin 1928, Paris, Le Mercure de France, 1986, p. 993.

25 « Situation générale fin octobre 1917 », Journal de marche de Joffre, présenté par Guy Pedroncini à partir des archives de l’armée de terre, shat, 1990, p. 234.

26 Le poète britannique Wilfred Owen écrit, en 1918, « La Parabole du vieil homme et du jeune », où il réinterprète la Bible en imaginant qu’Abraham sacrifie Isaac, malgré l’intervention d’un ange, messager divin : « Mais le vieil homme ne l’entendit pas ainsi, et tua son fils/Et la moitié des enfants d’Europe, un par un. » Et chaque lent crépuscule… Poèmes et lettres de guerre (1916-1918), Escales du Nord, Le Castor astral, 2001, p. 87.

27 Pétain, La Crise morale et militaire de 1917, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1966, p. 46. La relation aurait été rédigée dès 1925.

28 « Trop d’expiation tue l’expiation », note, dans un esprit voisin, Guillaume Cuchet (« L’Au-delà à l’épreuve du feu. La fin du purgatoire (1914-1935) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire n° 76, 2002, p. 129), qui montre l’influence de la Grande Guerre sur les formes de piété envers le purgatoire des catholiques français. Voir, du même, « Le choc de la guerre », in Le Crépuscule du purgatoire, Paris, Armand Colin, 2005, pp. 208-233.

29 Voir Marc Ferro, Pétain, Paris, Fayard, 1987 ; Guy Pedroncini, Pétain. Le soldat et la gloire, Paris, Perrin, 1989.

30 Jean-Louis Margolin, Violences et crimes du Japon en guerre 1937-1945, Paris, Armand Colin, 2007, 2e édition, Hachette/Grand Pluriel, 2009, p. 166, à propos d’un autre conflit.

31 Il ne disparaît pas totalement, ainsi le souvenir persistant, dans la société militaire, des saint-cyriens de 1914, voir Paluel-Marmont, En casoar et gants blancs, Paris, La Nouvelle Société d’édition, 1928. Que l’on pense aussi à la figure héroïsée de l’aviateur, célèbre comme Guynemer, voir Claude Carlier, « Georges Guynemer : sacrifice et mythe d’un as », in Christian Benoît, Gilles Boetsch et alii, Le Sacrifice du soldat, Paris, cnrs Éditions/ecpad, 2009, pp. 140-144,
ou oublié, comme celui mentionné dans Le Miroir, supplément illustré du Petit Parisien, le 13 août 1916, p. 6 :
« Le sublime sacrifice de l’aviateur de Terline » qui « fonça sur l’adversaire et l’entraîna dans sa chute. »

32 Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, T. III, Vorge contre Quinette, 1939, rééd. Paris, Flammarion/Bouquins, 1988, p. 482.

1 Propos recueillis par Joseph Simon, Pétain mon prisonnier, Paris, Plon, 1978, p. 59.

2 Frédéric Beigbeder, Un roman français, Paris, Grasset et Fasquelle, 2009, rééd. sdl éditions, 2010, p. 14.

3 Cf. Cultures & Conflits n° 63, automne 2006, « Mort volontaire combattante, sacrifices et stratégies », notamment François Lagrange, « Les combattants de la “mort certaine”. Les sens du sacrifice à l’horizon de la Grande Guerre », pp. 63-81.

4 Cet article prolonge notre conférence « Du sacrifice du héros au sacrifice sans héros, aperçus sur le cas français dans la Grande Guerre », prononcée le 2 octobre 2008 devant la commission d’histoire socioculturelle des armées du Centre d’études d’histoire de la défense (cehd) alors animée par Claude d’Abzac-Épezy.

5 Parmi les publications sur la pensée militaire de l’époque, on se reportera notamment à Henry Contamine, La Revanche, 1871-1914, Paris, Berger-Levrault, 1957 ; Eugène Carrias, La Pensée militaire française, Paris, puf, 1960 ; Michel Goya, La Chair et l’Acier. L’invention de la guerre moderne (1914-1918), Paris, Tallandier, 2004 ; Dimitry Queloz, « La pensée militaire française et les enseignements de la guerre des Boers », Stratégique n° 84, 2001, paru en 2004, pp. 61-84 et De la manœuvre napoléonienne à l’offensive à outrance. La tactique générale de l’armée française 1871-1914, Paris, Economica, 2009 ; François Lagrange, « Le culte de l’offensive : logique et paradoxes des penseurs militaires d’avant 1914 », Cahier d’études et de recherches du musée de l’Armée (cerma) n° 5, 2006, pp. 75-119 ; Benoît Durieux, Clausewitz en France. Deux siècles de réflexion sur la guerre 1807-2007, Paris, Economica, 2008.

6 Général Langlois, Enseignements de deux guerres récentes, Paris, Lavauzelle, p. 148. La deuxième édition date de 1903.

7 Sous-chef d’état-major de l’armée en 1911 pour assister Joffre nouvellement nommé, membre du Conseil supérieur de la guerre (csg), il commande plusieurs armées françaises au long de la Grande Guerre, sauf en 1915-1916 où il seconde de nouveau Joffre. Ses convictions catholiques lui valent le surnom de « capucin botté », voir général Yves Gras, Castelnau ou l’art de commander, (1851-1944), Paris, Denoël, 1990.

8 Castelnau a perdu trois de ses six fils mobilisables durant la Grande Guerre. Voir Paul Gaujac, Les Généraux de la victoire, tome I, Histoire et Collections, 2007.

9 Capitaine G. Gilbert, La Guerre sud-africaine, Paris, Berger-Levrault, 1902 (ouvrage posthume), p. 502.

10 M. I. Dragomirov, Manuel de préparation des troupes au combat, préparation de la compagnie, Paris, Librairie militaire de L. Baudoin et C°, 1885, p. 136. Il s’agit de la traduction française de la cinquième édition du manuel parue en Russie la même année.

11 Guy de Maupassant, Chroniques, T. I, La Guerre, édition complète et critique de Gérard Delaisement, Paris, Rive Droite, p. 187. Gilbert fait lui aussi allusion à la mystique guerrière de Moltke, op. cit., pp. 499-500.

12 Jean Jaurès, « La paix et le socialisme », Rallumer tous les soleils, textes réunis et présentés par Jean-Pierre Rioux, Paris, Omnibus, 2006, pp. 618-619.

13 Gilbert regrette les « temps héroïques » de la grandeur française, op. cit., p. 483. Pour une réflexion très stimulante sur l’évolution du statut du héros, voir Odile Faliu, Marc Tourret (dir.), Héros d’Achille à Zidane, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007.

14 Voir Jean-Jacques Becker, 1914. Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1977 et L’Année 1914, Paris, Armand Colin, 2004. La problématique de la force et de la persistance du consentement est semblablement centrale chez Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000. Elle a suscité d’importants débats : Frédéric Rousseau, La Guerre censurée : une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Le Seuil, 1999 ; Antoine Prost, Jay Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 2004 ; François Cochet, Survivre au front 1914-1918. Les poilus entre contrainte et consentement, 14-18 éditions, 2005.

15 Le contrôle débute en 1915 et se développe ensuite régulièrement. Voir Jean Nicot, Les Poilus ont la parole, Lettres du front : 1917-1918, Bruxelles, Complexe, 1998 ; Bruno Cabanes, « Ce que dit le contrôle postal », in Christophe Prochasson, Anne Rasmussen (s.d.), Vrai et faux dans la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2004 ; François Lagrange, Moral et opinions des combattants français durant la Première Guerre mondiale d’après les rapports du contrôle postal de la IVe armée, sous la direction du professeur Georges-Henri Soutou, université de Paris-IV-Sorbonne, 2009.

16 Les citations sont tirées des archives du contrôle postal (cp) de la IVe armée, conservées au shat/shd, de la série 16 N 1405-1410. La IVe armée n’est pas impliquée à Verdun mais, du fait de la noria des troupes, comporte une proportion notable d’unités revenant de Verdun pour se reposer en Champagne.

17 Voir François Lagrange, Moral et opinions…, op. cit., pour la période début 1915-mars 1918 ; puis Jean Nicot, op. cit., et Bruno Cabanes, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Le Seuil, 2004, pour la fin de la guerre sur le front français.

18 André de Maricourt, Foch. Une lignée. Une tradition. Un caractère, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1920, p. 225. Foch a eu un fils et un gendre tués, le 22 août 1914.

19 Déclaration ministérielle du 20 novembre 1917, Georges Clemenceau, Discours de guerre, Paris, puf, 1968, p. 131. Seuls civils à bénéficier, au début du conflit et au début seulement, des prestiges du sacrifice, les réfugiés chassés par l’avance allemande en territoire français, comme l’écrit en février 1915 le sénateur Charles Humbert : « La nation a une dette sacrée envers ceux de ses enfants qu’elle n’a pas su défendre et qui, placés à un poste d’honneur et de danger, ont été sacrifiés pour le salut commun », Philippe Nivet, Les Réfugiés français de la Grande Guerre (1914-1920), Paris, Economica, 2004, p. 271.

20 Charles Ridel, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007, p. 76.

21 Dans le rapport du 17 février 1917, le refrain mentionne alors la Champagne et le Plateau. Dans le rapport du 26 février 1917, une variante introduit Verdun et le fort de Vaux.

22 CP, 17 février 1917. On passe du thème du sacrifice consenti à celui des sacrifices humains, voire même des meurtres collectifs. Voir Gaston Bouthoul, Traité de polémologie. Sociologie des guerres, Payot, 1951, 1971,1991, et René Girard, Le Bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982, rééd. Livre de poche, Biblio essais, 1986.

23 Voir Guy Marival, « La Chanson de Craonne. De la chanson palimpseste à la chanson manifeste », in Nicolas Offenstadt (dir.), Le Chemin des Dames. De l’événement à la mémoire, Paris, Stock, 2004.

24 Leur état d’esprit n’est, et de loin, pas aussi radical que celui d’un non-combattant atypique comme Paul Léautaud qui écrit par-devers soi le lundi 3 janvier 1916 : « Au-dessus du devoir, il y a le bonheur. » Paul Léautaud, Journal littéraire, T. I, Novembre 1893-juin 1928, Paris, Le Mercure de France, 1986, p. 993.

25 « Situation générale fin octobre 1917 », Journal de marche de Joffre, présenté par Guy Pedroncini à partir des archives de l’armée de terre, shat, 1990, p. 234.

26 Le poète britannique Wilfred Owen écrit, en 1918, « La Parabole du vieil homme et du jeune », où il réinterprète la Bible en imaginant qu’Abraham sacrifie Isaac, malgré l’intervention d’un ange, messager divin : « Mais le vieil homme ne l’entendit pas ainsi, et tua son fils/Et la moitié des enfants d’Europe, un par un. » Et chaque lent crépuscule… Poèmes et lettres de guerre (1916-1918), Escales du Nord, Le Castor astral, 2001, p. 87.

27 Pétain, La Crise morale et militaire de 1917, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1966, p. 46. La relation aurait été rédigée dès 1925.

28 « Trop d’expiation tue l’expiation », note, dans un esprit voisin, Guillaume Cuchet (« L’Au-delà à l’épreuve du feu. La fin du purgatoire (1914-1935) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire n° 76, 2002, p. 129), qui montre l’influence de la Grande Guerre sur les formes de piété envers le purgatoire des catholiques français. Voir, du même, « Le choc de la guerre », in Le Crépuscule du purgatoire, Paris, Armand Colin, 2005, pp. 208-233.

29 Voir Marc Ferro, Pétain, Paris, Fayard, 1987 ; Guy Pedroncini, Pétain. Le soldat et la gloire, Paris, Perrin, 1989.

30 Jean-Louis Margolin, Violences et crimes du Japon en guerre 1937-1945, Paris, Armand Colin, 2007, 2e édition, Hachette/Grand Pluriel, 2009, p. 166, à propos d’un autre conflit.

31 Il ne disparaît pas totalement, ainsi le souvenir persistant, dans la société militaire, des saint-cyriens de 1914, voir Paluel-Marmont, En casoar et gants blancs, Paris, La Nouvelle Société d’édition, 1928. Que l’on pense aussi à la figure héroïsée de l’aviateur, célèbre comme Guynemer, voir Claude Carlier, « Georges Guynemer : sacrifice et mythe d’un as », in Christian Benoît, Gilles Boetsch et alii, Le Sacrifice du soldat, Paris, cnrs Éditions/ecpad, 2009, pp. 140-144,
ou oublié, comme celui mentionné dans Le Miroir, supplément illustré du Petit Parisien, le 13 août 1916, p. 6 :
« Le sublime sacrifice de l’aviateur de Terline » qui « fonça sur l’adversaire et l’entraîna dans sa chute. »

32 Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, T. III, Vorge contre Quinette, 1939, rééd. Paris, Flammarion/Bouquins, 1988, p. 482.

Héroïsme, mysticisme et action... | M. Castillo
H. Paris | Louis-Nathaniel Rossel, minist...