Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°42 | Guerre et cinéma

Jean-Yves Le Naour
L’Assassinat de Clemenceau
Paris, Perrin, 2019
Jean-Yves Le Naour, L’Assassinat de Clemenceau, Perrin

L’illusion est de penser que notre époque est marquée par une violence inhabituelle ou inconnue des propos sur les réseaux sociaux. C’est méconnaître celle des paroles politiques issues des anarchistes ou de l’extrême droite dans les années 1920, libérées par l’arrêt des combats de la Grande Guerre. Avec son talent rare mais coutumier, Jean-Yves Le Naour restitue la tentative d’assassinat de Clemenceau par Émile Cottin, qui tire plusieurs balles sur lui le 20 février 1919, dont l’une restera fichée dans sa poitrine. Clemenceau, particulièrement courageux, émerge blessé de cet attentat sans séquelles graves. Mais l’émotion est considérable au plan national comme international. De l’extrême gauche à l’extrême droite, les messages de sympathie fusent ; seuls quelques feuillets anarchistes se réjouissent ; leurs auteurs sont rapidement réprimés. Mais peu à peu, la gauche anarchiste reprend ses diatribes et défend Cottin, qui sera jugé et condamné à mort. Effacé, indigne de sa mission révolutionnaire, il verra sa peine commuée en condamnation à dix ans de prison à la demande de Clemenceau. Mais, quelques jours après ce jugement, l’assassin de Jaurès, Raoul Villain, est acquitté à la surprise générale. Il n’en faut pas plus pour que le corps sociétal et anarchiste s’insurge contre cette mansuétude qui contraste avec la condamnation à mort, même commuée, d’Émile Cottin. Les esprits s’enflamment. Cottin devient soudain un héros, une icône de la gauche malgré sa médiocrité. Ce livre restitue de façon hallucinante le transfert de deux crimes effectués par des personnes sans relief sur des positions idéologiques opposées, qui se développent avec une violence incroyable. À la fin de la lecture de ce livre, le lecteur regardera peut-être avec plus d’indulgence l’extrémisme des propos contemporains.


La Peur et la Liberté | Keith Lowe
Philippe Desmette et... | Le Miracle de guerre dans la ...