Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°30 | Territoire

Armand de Caulaincourt
En traîneau avec l’Empereur
Paris, Arléa, 2015
Armand de Caulaincourt, En traîneau avec l’Empereur, Arléa

Facile à lire, ce document de deux cent vingt-six pages est le compte rendu journalier du voyage de l’Empereur du 5 décembre 1812, lorsqu’il quitte la Grande Armée en Russie jusqu’à son arrivée à Paris quatorze jours plus tard. Sans prétention littéraire, l’auteur relate les propos de Napoléon qu’il accompagne alors, et les faits survenus durant ce voyage. Alarmé par la tentative de coup d’État du général Malet à Paris, celui-ci décide de quitter la Grande Armée, pensant que ses chefs auront le caractère et le charisme nécessaires au maintien de la cohésion des restes de son armée. Si le point fort de ce récit se concentre sur les quatorze jours de voyage, Caulaincourt n’hésite cependant pas à souligner la position qu’il a prise (et avec lui d’autres personnages importants) de vouloir quitter rapidement Moscou alors que Napoléon reste persuadé que les Russes voudront traiter avec lui. Ensuite, il va s’attacher, de manière narrative, à relater les propos de l’Empereur, avec un certain nombre de redites et répétitions qu’il souligne parfois lui-même, mais qui se veulent la restitution honnête de ces dires. Il rapporte sans condescendance, mais avec une admiration certaine, les erreurs d’appréciation de son maître, les faux espoirs, son incapacité à admettre les causes réelles de sa défaite et surtout l’ampleur de celle-ci, persuadé que la Grande Armée arrivera à se ravitailler et à se réorganiser pour reprendre le combat rapidement. L’intérêt de ce livre tient en ce que l’on peut y voir Napoléon exposer ses vues sur la politique européenne et nationale dans un cadre intime, sans crainte d’interférences extérieures. Enfin, on y voit l’homme soucieux de sa famille et de son image, montrant une attention plus prononcée de l’humain que son apparence et son comportement ne le laissent penser. Un livre plaisant, intéressant par son approche et son originalité, où les propos de Napoléon n’ont pas été déformés par des interprétations et des corrections successives. À lire pour les passionnés de la période ou ceux qui souhaitent parcourir un témoignage original sur les pensées de ce grand chef.

Philippe Mignotte

1515 | Amable Sablon du Corail
Ivan Cadeau | La Guerre d’Indochine