Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°17 | Hommes et femmes, frères d’armes ?

Jean-René Bachelet

Éditorial

Aussi loin que l’on remonte dans l’Histoire, le militaire et, avant lui, le guerrier ont toujours été associés à des « valeurs viriles », en ombres et lumières.

Sur le versant lumineux, ils en étaient l’expression la plus emblématique, célébrée à l’envi par leurs chantres et thuriféraires. Courage, mépris de la mort, héroïsme jusqu’au sacrifice, force et puissance, amitiés indéfectibles dans les périls partagés, gloire immortelle soulignée par l’éclat des parures : la « virilité » se revêtait avant tout des attributs de la guerre. En témoigne l’art sous toutes ses formes, dans tous les temps et dans toutes les civilisations, jusqu’à il y a quelques décennies seulement.

Quant au versant d’ombres, celui de la brutalité et de la barbarie, longtemps il ne fut qu’une sombre contrepartie, jugée inhérente à la condition humaine, que l’on cherchait autant que possible à contenir et limiter, mais qui n’atteignait en rien le modèle. Jusqu’à l’époque contemporaine, où - en Occident du moins - il a pu devenir disqualifiant…

À ce paysage-là, la « féminité » apportait d’abord sa plénitude et son équilibre. Elle marquait la douceur du foyer ; épouse, sœurs ou mère étaient les garantes de la pérennité de la vie, sous la protection du courage, de la force et de l’héroïsme du guerrier, qui, face aux périls à conjurer, y puisait en retour une part de ses forces morales. Pénélope, sœur Anne, marraines de guerre…Voilà pour la lumière. Mais, dans la zone d’ombre, la féminité accentuait l’horreur de la guerre, victime, par « nature », des rapts et des viols dont s’accompagne la violence déchaînée. Dans l’entre-deux, la cantinière recueillait une part des miettes de la bravoure et de la gloire, les « filles à soldats » se situant quant à elles dans le clair-obscur entre ombres et lumières.

Mais voilà : ce tableau qui pouvait marier l’épique et le bucolique a volé en éclats. On peut le déplorer et cultiver la nostalgie d’un monde perdu. Mais, comme le disait le général de Gaulle, il est vain de « regretter le temps des chandelles ».

Car parmi les ébranlements quasi tectoniques qui affectent notre monde et notre civilisation au tournant du millénaire, il en est un dont on n’a peut-être pas mesuré l’ampleur : c’est celui de la place de la femme dans nos sociétés, y compris dans l’institution militaire.

La femme, « un soldat comme un autre » ? Oui, bien sûr, dans le principe, puisque ce principe de parité hommes/femmes inspire désormais l’ensemble de notre organisation sociale. Comment les armées, qui n’ont de légitimité que celle d’être l’émanation du corps social, pourraient-elles s’en abstraire ?

Mais, au regard de l’héritage des siècles dont le tableau a été initialement brossé, comment qualifier cette évolution sinon par les mots de rupture, de révolution, voire de mutation ? Là comme ailleurs, l’observation du fait militaire pourrait bien être révélatrice de la complexité du phénomène.

À cet égard, ce numéro d’Inflexions consacré à la mixité hommes/femmes dans les armées peut nourrir cette ambition, au moins en suscitant la réflexion et en esquissant des problématiques.

Les nombreux témoignages sont là pour y concourir. Ils posent les bases d’une réalité vécue sans la connaissance de laquelle la réflexion est vaine. S’ils sont révélateurs de l’extrême diversité des situations, on observera toutefois que même lorsqu’il est fait part d’une expérience « opérationnelle », aucun ne porte sur l’engagement au combat, sur la lutte à mort qui demeure la quintessence de l’état et de l’action militaires, dont il a été fait écho à de multiples reprises dans des publications précédentes de cette revue. Et pour cause : à notre connaissance, la « mixité », et ce dans toutes les armées du monde, s’est arrêtée aux limites des unités militaires – groupes, sections, pelotons, commandos – vouées à cette lutte avec l’intégralité de leurs membres. On y reviendra.

La réflexion menée en parallèle couvre un large champ. Elle va de celle de la grande anthropologue Françoise Héritier qui se fait le chantre de l’égalité des sexes y compris pour le métier des armes, au scepticisme narquois du général Le Borgne, en passant par la courte mais dense méditation du grand rabbin Haïm Korsia, avec Jeanne d’Arc comme référence.

En commun, et cela ressort aussi des témoignages, nul ne peut arguer de capacités objectives ni dans les qualités physiques, techniques ou morales ni même dans la malignité potentielle, pour établir une discrimination qui serait plus accentuée entre les sexes qu’entre les individus ; au-delà de l’inné, c’est affaire d’éducation, de culture, de formation et d’expérience. Ainsi peut-on voir désormais des femmes pilotes de chasse, membres d’équipages de navires de guerre, mécanicien(ne)s… On remarque de surcroît la qualité du personnel féminin recruté, qui ajoute aux capacités individuelles, une caractéristique qui est celle de tous les êtres qui ont eu à lutter pour gagner leur juste place : une volonté, une ténacité, une opiniâtreté, un sérieux qui l’emportent souvent sur ceux de leurs homologues masculins. Ainsi, dans les armées comme ailleurs, chacun pourrait donc être recruté et formé pour n’importe quel poste au vu de ses seules capacités individuelles et objectives, indépendamment de toute considération de sexe…

Si l’on devait en rester là, on pourrait douter de l’intérêt du choix de ce thème, son exploitation se bornant à souligner que les armées découvrent enfin ce que l’ensemble de la société a expérimenté avant elles. Mais on ne peut en rester là.

En effet, il n’est pas fortuit que ce thème ait été titré « Hommes et femmes, frères d’armes ? ». La « fraternité d’armes » invoquée au regard de la « mixité » est en effet la clé de compréhension de l’exercice d’un métier voué, pour la pointe de la pointe, au bout du compte et si nécessaire, à la lutte à mort, celle que l’on peut être conduit à donner et celle qu’il faut risquer en retour. Ce thème a été développé dès les premiers numéros d’Inflexions.

C’est cette alchimie, faite de solidarités croisées – un esprit de camaraderie à nul autre pareil d’une part, un exercice de l’autorité et une obéissance à la composante affective prononcée d’autre part – dans une confiance absolue entre les uns et les autres, qui fait qu’ « on y va » à l’heure de vérité, à celle de l’engagement au combat.

Cette « fraternité d’armes », dans son expression la plus affirmée, ne se confond pas avec l’« esprit d’équipe » ; elle élève celui-ci, qui repose quant à lui très largement sur la complémentarité des tâches et des rôles et, aujourd’hui, sur la technicité, à un degré où l’affect prend une place considérable eu égard aux situations extrêmes à affronter en commun. Il n’est pas d’unité militaire directement destinée au combat avec l’intégralité de ses membres qui puisse être valeureuse sans que soient tissés et entretenus ces liens puissants. C’est une expérience historique confirmée jusqu’à nos jours. La Légion étrangère, cette réunion de dizaines de cultures et de races à la cohésion improbable et pourtant légendaire, en est l’une des illustrations les plus probantes. Nous sommes donc là dans le domaine des relations entre les êtres, en quelque sorte mis à nu par les situations d’exception auxquelles ils sont destinés et préparés. Or qui peut nier que l’irruption du personnel féminin en nombre dans un tel ensemble, aujourd’hui exclusivement masculin, apporterait nécessairement un élément relationnel d’une autre nature et potentiellement non moins puissant ? Qui peut en dire l’effet sur l’alchimie précédemment esquissée ?

À cet égard, on ne peut écarter cette question en invoquant la maîtrise des pulsions ; nous ne sommes pas dans le domaine du pathologique. On ne peut non plus arguer de la « mixité » dans les états-majors ou sur les bâtiments de la Marine : c’est confondre « fraternité d’armes » et « esprit d’équipe ». On ne peut pas davantage invoquer la possibilité d’occurrence, hier et aujourd’hui, de l’homosexualité. Si, jusqu’à aujourd’hui, l’armée américaine, par exemple, avait sur ce sujet une position restrictive, par ailleurs en cours de remise en cause, on peut penser qu’à l’instar des autres armées, ce n’était pas par « homophobie » mais bien au regard du problème ici posé. Les Grecs, quant à eux, avaient, semble-t-il, intégré leur conception propre de l’amour entre les êtres comme source de cohésion au combat, ainsi qu’en témoignent pour l’éternité Achille et Patrocle.

Pour autant que cette référence soit véritablement historique et non pas mythique, voilà qui pourrait augurer de la possibilité d’unités de combat, ainsi que définies précédemment, résolument « mixtes » ; mais nous devons convenir que c’est là un champ totalement inconnu et dont l’investissement passerait par un processus de déconstruction/reconstruction dont nul ne peut prédire l’issue, et dont il faudrait en outre vérifier qu’il soit compatible avec une vie de famille telle que nous l’entendons.

Ainsi s’impose au minimum une réflexion sur les limites d’une « mixité » dogmatique dès lors que l’on veut bien envisager la complexité des relations entre les êtres, là où ces relations sont l’une des clés de l’action collective.

Mais il est de surcroît un autre éclairage dont on ne peut faire l’économie : l’action militaire, par définition, s’inscrit dans un champ international, donc multiculturel, voire dans la confrontation de modèles de civilisation.

Dans ce cadre, il a paru utile de publier une contribution qui pourra sembler en marge, sinon hors sujet : Véronique Nahoum-Grappe nous rappelle que les « viols de guerre », loin de relever de comportements du passé évoqués à propos du versant sombre de l’histoire guerrière, demeurent d’une terrible actualité. Cette réalité-là, barbare et profondément régressive – qui peut ne pas nous être radicalement étrangère, ainsi qu’on a pu en faire l’expérience en Bosnie, donc à nos portes, il y a à peine deux décennies –, fait ressortir, par contraste, l’ampleur de notre ambition de faire aux femmes leur juste place dans les armées.

Enfin, Haïm Korsia esquisse, dans ce cadre d’un monde désormais globalisé, un questionnement dont on ne peut pas, non plus, faire l’économie : nous récusons désormais les « valeurs viriles » d’antan, telles que les armées s’en prévalaient jadis, et nous ambitionnons de construire un humanisme renouvelé dans lequel hommes et femmes ont leur rôle à jouer à parité, y compris au sein des armées. Mais quid de ceux qui, à travers le monde, croient pouvoir identifier là un abâtardissement de l’Occident jugé décadent et se conçoivent comme les guerriers d’un ordre viril pérenne ? Nous ne pouvons éluder cette question. La réponse ne saurait résider dans la seule affirmation dogmatique de la parité hommes/femmes.

Puisse l’identification des difficultés objectives présentées par la confrontation de la « mixité » et de la « fraternité d’armes » faire prendre conscience que nous avons pour cela à concevoir et promouvoir une sorte de nouvelle philia aristotélicienne universelle, à la mesure des réalités de notre temps, qui fasse à chacun sa juste place, pour un enrichissement mutuel.