Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°16 | Que sont les héros devenus ?

Philippe Charlier
Male mort
Morts violentes dans l’Antiquité
Fayard, 2009
Philippe Charlier, Male mort, Fayard

Que nous dit l’archéologie de ces morts violentes dans l’Antiquité, plus ou moins cruelles, qui nous semblent effrayantes par leur barbarie ? Plus et moins qu’on ne pourrait l’imaginer. Plus, car retrouver un clou dans un calcanéum témoigne d’une crucifixion réelle, un os du bras coupé à l’emporte-pièce d’une blessure par arme blanche, moins, car l’archéologie ne peut trancher entre suicide et assassinat devant une colonne osseuse cervicale rompue. L’aide de l’épigraphie reste essentielle. Mais elle demeure bien souvent absente devant la découverte d’ossements multiples dans un charnier. S’agit-il de prisonniers de guerre ou de civils martyrisés ? Certes quelques crânes éclatés, cages thoraciques enfoncées peuvent révéler la violence des combats, mais une archéologie à venir des morts des xxe et xxie siècles sera probablement plus terrifiante.

L’intérêt de cet ouvrage, qui met la médecine des morts au service de la connaissance de l’histoire, est indéniable. Mais le projet reste plus ambitieux que le résultat. Car on ne peut demander à l’archéologie, fût-elle médicale, de nous dire la vérité du passé autrement qu’en émettant des hypothèses difficiles à confirmer. L’ouvrage laisse le lecteur frustré de ne pas connaître la fin de l’histoire.


Femmes dans la guerre | Carol Mann
Darian Leader | Au-delà de la dépression : de...