Numéro 8

DOCTEURS ET CENTURIONS

NOTE
Line Sourbier-Pinter 
Ce numéro 8, Docteurs et Centurions, actes de la rencontre du 10 décembre 2007 à l’Institut de France, Fondation Cino Del Duca propose au public l’ensemble des contributions, questions, discussions de cette journée.
La présentation de la revue diffère légèrement de l’habitude : les noms et fonctions des intervenants sont mentionnés au début de chaque prise de parole et les rubriques « Pour en savoir plus », « biographie des auteurs » ont été exceptionnellement supprimées.
Cette rencontre a permis à tous ceux qui s’intéressent à la revue et à son devenir de mesurer la pertinence de son existence mais aussi d’évoquer les sujets qu’il serait judicieux de traiter.
Le comité de rédaction a pris acte de ces propositions et j’espère qu’à la fin de cette année 2008, nous aurons l’occasion, lors d’une deuxième rencontre, d’en reparler.
Dans cette retranscription et dans la rubrique « Pour nourrir le débat » il y a des paroles que je vous souhaite de lire dans la paix d’un lieu calme pour pouvoir les savourer, y penser, les prolonger.

ACTES 
Les intellectuels et l’armée
, Jean-Noël Jeanneney, Didier Sicard, Véronique Nahoum-Grappe, Jean-Hilaire Millet-Taunay, Jean-Marc de Giuli
Discussion
Dialogue du public avec les membres du comité de rédaction              introduit et conduit par Alain-Gérard Slama
L’imaginaire contemporain de l’homme dans la guerre, Michel Maffesoli,    Gabriel Le Bomin, Hubert Ivanoff
L’armée, laboratoire social ? Armel Huet, Patrick Clervoy, Monique Castillo,    François Lecointre
Discussion
Conclusion par Jean-Louis Georgelin

POUR NOURRIR LE DÉBAT
L’avenir de la guerre ? Patrick Destremau
La France face à ses SMP : enjeux critiques et perspectives d’évolution de l’encadrement juridique des activités militaires privées en France,  François-Xavier Sidos, Georges-Henri Bricet des Vallons
Vers la formation commune des officiers européens, Alex Alber
L’armée de terre, laboratoire du lien social, Armel Huet, Jean-Michel Le Bot

Cette entrée a été publiée dans La revue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.