Numéro 5

MUTATIONS ET INVARIANTS – partie III
HUMANITAIRE ET MILITAIRE NOUVEAUX MERCENARIATS

Lire l’introduction du numéro 5

ARTICLES
Humanitaire et militaire? Bernard Kouchner
La reconnaissance de la « responsabilité de protéger » acceptée en 2005 par l’ONU et le Conseil de sécurité impose de trouver les moyens concrets de faire la synthèse entre les obligations et l’ambition des acteurs de l’humanitaire, celles des politiques et des militaires. 

Militaires et humanitaires, le principal outil de gestion des crises, Daniel Grammatico
Un éclairage sur les raisons qui conduisent au rapprochement entre militaires et humanitaires, rapprochement qui alimente une importante réflexion et un débat éthique, et qui pourrait conduire à la banalisation de l’emploi du couple militaire/humanitaire comme outil de gestion des crises.

Acteurs de l’urgence, de la crise et de la guerre : querelle de famille ?  Jérôme Évrard
Miltaires, humanitaires, diplomates, fonctionnaires internationaux et journalistes ont appris à vivre et à travailler ensemble dans des situations d’exception. S’ils forment désormais une communauté à part entière, la confusion des genres fait toutefois débat en son sein.

Militaires et humanitaires en phase de post-conflit : concurrence ou complémentarité ? Paul Haéri
Malgré les tensions et les incidents, il semble que les motivations du militaire et de L’humanitaire sur les théâtres post-conflit procèdent d’une même politique et d’un même objectif final : le rétablissement des fonctions vitales d’une société.

Les actions civilo-militaires : une finalité opérationnelle, Mélanie Thonier
Sur les théâtres d’opération français, le Groupement interarmées des actions civilo-miitaires déploie des équipes pour réaliser des opératiosn à destination de la population et favoriser la perception des militaires par celle-ci. Mais existe-t-il des actions qui seraient à la fois humanitaires et militaires ?

Nouveaux mercenariats

Sociétés militaires privées : quel devenir en France ? Loup Francart
Très en retard par rapport aux pays anglo-saxons, la France s’interroge encore sur le bien-fondé de telles sociétés. Un panorama des types d’activités et de prestations qu’elles sont en mesure de mener.

Les sociétés militaires privées : succès et contraintes, Philippe Darantière
La loi française réprime les activités de mercenariat avec des régimes spéciaux pour les activités de sécurité et avec un contrôle des exportations d’armement. Mais elle n’aborde pas véritablement le problème des sociétés privées ; quel statut, quelle légitimité, pour quoi faire, quelles prestations ?

La France cédera-t-elle aux sirènes des sociétés militaires privées ? Emmanuel Clément
A l’heure du retour à une certaine forme de privatisation de la guerre, il convient de s’interroger sur les conséquences de l’apparition de sociétés militaires privées sur le champ de bataille.

Mercenariat et sociétés militaires privées : expressions divergentes de la privatisation des conflits, Pascal Le Pautremat
Une invitation à un voyage dans l’histoire qui s’achève sur les mutations récentes d’une actualité tumultueuse où les antagonismes géopolitiques contribuent à la privatisation des outils militaires.

Qui est combattant ? David Cumin

POUR NOURRIR LE DÉBAT
Introduction Line Sourbier-Pinter
Le dilemme d’un tireur d’élite? Sébastien Pied
Humanisme politique, humanisme polémique? Frédéric Cadet
L’impact des nouvelles technologies sur la conception et la conduite des opérations, Jean-Marie Faugère
Armes à létalité réduire, contrôle des foules et conflits de quatrième génération, Georges-Henri Bricet des Vallons

Cette entrée a été publiée dans La revue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.