Numéro 38

Lire l’éditorial du numéro 38

DOSSIER

Sexualité et chansons de soldatsThierry Bouzard
Si les armées sont un monde essentiellement masculin, du moins dans leur organisation historique, elles ont toujours intégré des femmes, mais seulement récemment des combattantes. Moyen d’expression de la troupe, les chansons des soldats témoignent de l’importance de cette présence féminine hier, comme de la féminisation aujourd’hui.
Le viol de guerre, la guerre du violPhilippe Rousselot
Le viol de guerre est plus que le viol tel que le définit le Code pénal. Il est une violence sexuelle où se mêlent de manière systématique un surcroît de cruauté et une intention directrice imputable à d’autres que les violeurs eux-mêmes. Comment combattre ce fléau de manière efficace ?
La pin-up, érotisme et patriotisme américain durant la seconde guerre mondialeCamille Favre
Représentation féminine érotique populaire employée de manière massive durant la Seconde Guerre mondiale pour « remonter le moral des troupes » sur le front et soutenir l’effort de guerre du pays, symbole de légèreté et d’insouciance, la pin-up est en fait un instrument réfléchi de stratégie militaire.
Les représentations féminines dans la symbolique de la colonialeAntoine Champeaux et Éric Deroo
Lorsque l’on cherche à étudier la représentation de la femme dans les affiches, insignes et emblèmes de la coloniale, il apparaît que celle-ci est fort peu présente. Comment expliquer cette absence, alors même que les personnages féminins sont très présents au cinéma, dans la chanson et dans la littérature, qui portent l’imaginaire colonial et exotique du temps ?
WargasmeYann Andruétan
Sexe et violence forment un couple pervers. Il existe un érotisme de la violence comme une violence érotique, et les deux fascinent. L’érotisme de la violence s’exprime à travers l’excitation provoquée par les jeux, notamment vidéo, mais aussi dans l’usage de l’arme. La violence, elle, devient érotique quand elle est destinée à altérer sa dimension perverse.
Aumônier en opexNathalie Desplanque-Guillet
Aumônier aux armées, pasteure, Nathalie Desplanque-Guillet est partie à plusieurs reprises en opération extérieure. Sans responsabilité de commandement, présente auprès de tous, sa spécificité l’a placée en position d’accompagnatrice et d’observatrice, un véritable capteur d’ambiance. Elle livre ici ses observations du terrain et les réflexions qu’elle en tire.
Le chant des sirènesJean-Marie Dumon
Le marin évolue dans un univers particulier, clos, communautaire, hostile à l’intimité. Le sexe en mer se veut banni, inconciliable avec le nécessaire besoin de solidarité et de discipline. La gestion de la sexualité de son équipage est donc une préoccupation du commandement, que ce soit à bord ou en escale, hier comme aujourd’hui.
Viols et stratégieHervé Pierre
Arme de terreur du fort pour imposer sa domination, le viol est à ranger dans la catégorie des « crimes de guerre ». A contrario, ruse du plus faible pour frapper la source de puissance du plus fort, son instrumentalisation se développe de façon exponentielle pour autant que, via les médias, elle offre une arme de destruction massive bon marché.
Le bataillon sacré de Thèbes : « à la vie, à la mort »Xavier Darcos
« Si une armée pouvait n’être composée que d’amants et d’aimés, […] elle pourrait presque vaincre le monde entier. Car s’il est quelqu’un de qui l’amant ne voudrait pas être vu quittant son rang ou jetant ses armes, c’est celui qu’il aime », écrit Platon. Un mythe ?
Quand le djihadiste est une femmeGéraldine Casutt
Passives ? Dupées ? Victimes ? Si la problématique du djihadisme au féminin reste aujourd’hui difficile à appréhender, il faut cependant prendre garde à ne pas la réduire à une dimension émotionnelle qui serait déconnectée d’un ensemble de convictions indispensables à un tel engagement. État des lieux.
« Docteur, vous vous occuperez des filles »Patrick Clervoy
Au milieu des années 1980, Patrick Clervoy, jeune médecin fraîchement diplômé, prend son poste au camp Leclerc, à Bouar, en Centrafrique. Dès son arrivée, il apprend que l’une de ses missions est de s’occuper des « hôtesses ».
Le dernier bmcDaniel Weimann
Lorsqu’en 1967 le 2e rep quitte l’Algérie et s’installe à Calvi, il emporte dans ses bagages son bordel de campagne. Daniel Weimann, médecin au régiment de 1970 à 1974, raconte ici l’organisation du « pouf » et les mesures prophylactiques draconiennes mises en place pour les pensionnaires comme pour les légionnaires.
Le soldat et l’amourChristian Benoit
En temps de guerre, pressés de se prouver qu’ils sont toujours vivants en dépit des combats, les soldats s’unissent à des femmes seules, aux vies bouleversées, qu’ils rencontrent, mais aussi à des prostituées occasionnelles ou déclarées, pour des accouplements rapides et sans lendemain.
Et la vie de couple, bordel !André Thiéblemont
Dans nos sociétés occidentales, en trois ou quatre décennies, les pratiques sexuelles, les rapports entre les sexes et les comportements qui en découlent se sont radicalement modifiés. Le milieu militaire constitue un excellent observatoire : un regard comparatif entre hier et aujourd’hui sur les conditions de la sexualité du soldat en campagne, sur la situation du conjoint et sur les rapports au sein du couple peut donner la mesure de cette mutation.

Cette entrée a été publiée dans La revue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.