Numéro 26

Lire l’éditorial du numéro 26

DOSSIER

La patrie avec des yeux d’enfantsJean-Pierre Rioux
« Par un épais brouillard du mois de septembre, deux enfants, deux frères, sortaient de la ville de Phalsbourg en Lorraine. Ils venaient de franchir la grande porte fortifiée qu’on appelle “porte de France” » : ainsi débute Le Tour de la France par deux enfants.
Éclairage croiséFrançois Lecointre et Thierry Marchand
Qu’est-ce que la patrie ? Il existe à l’évidence une divergence de perception entre la société civile et le monde militaire. Le croisement proposé ici entre une approche historique et un regard militaire permet de mieux comprendre les limites et le potentiel de ce concept renaissant.
Un treillis bleu, blanc, rougeYohann Douady
Tous les jeunes qui s’engagent aujourd’hui dans l’armée y ont trouvé les valeurs qu’ils attendaient : la discipline, l’aventure, la camaraderie et surtout le service de leur pays. Car quel que soit leur grade, les militaires remplissent les missions données par les élus du peuple français.
Patriotismes, frontières et territoiresArmel Huet
L’histoire montre que le patriotisme n’exprime pas que des attachements au territoire d’un pays, mais qu’il se présente sous des formes différentes de défense aussi bien de la famille, d’intérêts particuliers ou d’engagements pour des causes communes.
Spécificités françaisesPatrick Clervoy
Le patriotisme en France et pour les Français se distingue des sentiments nationaux des pays étrangers ainsi que des régionalismes pour plusieurs raisons essentiellement sociales et historiques.
« Aux armées, la patrie reconnaissante. » À propos du 14 Juillet
Jean-Yves Le Drian
Chaque année, des interrogations se font jour sur le défilé militaire du 14 Juillet. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, explique ici ce que, pour lui, représente celui-ci : la nation qui rend l’hommage du peuple à ses armées, qui se rassemble autour d’elles ; et en même temps une ouverture sur le monde.
Charles Péguy, patriote de 1914Jean-Pierre Rioux
Le 2 août 1914, Charles Péguy part pour la guerre « soulevé d’enthousiasme et du bonheur d’être le soldat de la République de France ». Car il a sublimé son patriotisme d’enfance en l’inscrivant au registre de l’épique, reprenant possession de « cet immense domaine moral et lyrique dont l’avait privé un civisme étriqué par les polémiques de la crise dreyfusienne ».
Aimer la France. Quelle France ? – Jean-René Bachelet
Entre l’« État Français » et la France libre et la Résistance se sont affrontées deux conceptions de la France, radicalement contrastées. Leur mise en évidence est éclairante pour une juste compréhension de ce que nous appelons la France, lieu d’un « vouloir vivre ensemble » susceptible d’inspirer le « patriotisme » au-delà des clivages.
Fichte : l’État, la nation et la patrie – Bernard Bourgeois
Le patriotisme fichtéen prend son sens concret dans l’articulation rationnelle de l’État, de la nation et de la patrie. Par la réhabilitation qu’elle opère de la nation, moyen terme des deux séquences, la doctrine de Fichte a une valeur exemplaire pour notre époque, tentée par l’idéologisme sectaire.
Legio Patria Nostra. Un patriotisme cosmopolite ?Christophe de Saint Chamas
« Qui sait si l’inconnu qui dort sous l’arche immense / Mêlant sa gloire épique aux orgueils du passé / N’est pas cet étranger devenu fils de France / Non par le sang reçu mais par le sang versé ? » Retour sur un lien unique entre la Légion, patrie du légionnaire, et la France qui peut, progressivement, et s’il le souhaite, devenir la patrie de l’étranger qui la sert.
Le nouveau patriotisme allemandÉtienne François
Redevenue à la suite de sa réunification un État national « normal », l’Allemagne d’aujourd’hui, démocratique, pacifique et occidentale, a retrouvé un patriotisme qui s’apparente à celui des autres nations. Mais elle n’en oublie pas pour autant son histoire proche, récusant tout ce qui pourrait s’apparenter à une rechute dans le nationalisme.
Jeunesse et patrie, une union libre ?Jean-Xavier Chabane et Serge Toquet
Serge Toquet enseigne l’histoire à l’école des pupilles de l’air, le colonel Jean-Xavier Chabane est le commandant de ce lycée de la Défense. Ils nous font partager leurs réflexions sur le patriotisme et les jeunes du XXIe siècle. Regards croisés d’un officier et d’un enseignant, croisement d’expériences.
Juifs d’Algérie et françaisDidier Nebot
Face aux attentats perpétrés par le FLN envers leur communauté, la grande majorité des juifs d’Algérie gagna la France. Et non Israël, contrairement à nombre de leurs coreligionnaires marocains. Un choix fruit d’une longue histoire et d’un attachement profond nés avec le décret Crémieux.
Le patriotisme amer de Frantz FanonVirginie Vautier
Médecin, philosophe et militant politique, Frantz Fanon, patriote ardent, Antillais d’origine, fit l’expérience du racisme ordinaire des Français de métropole durant la Seconde Guerre mondiale. Amer, il s’engagea dans une œuvre de réflexion puis de lutte militante pour établir les bases d’une fraternité qui dépassât les différences ethniques et culturelles.
La face noire du patriotisme : le cas Fritz HaberClaude Cohen
Fritz Haber, prix Nobel de chimie 1918, se considérait comme un grand patriote ; d’autres le tiennent pour un criminel. Ses découvertes permettront en effet la fabrication des engrais azotés, mais aussi des gaz de combat, dont le fameux gaz moutarde. En attendant un certain Zyklon B mis au point à l’origine pour désinfecter les cales des navires…
La préférence pour la haine. Quelques réflexions sur les élans collectifs
Véronique Nahoum-Grappe
Pour le groupe, la haine est plus facile à penser, à éprouver, plus simple à proclamer, plus convaincante. Comme élan, elle tient dans le temps et se transforme en architecture de sens : elle résout la question d’une éventuelle mise en question de soi et celle du comment faire. C’est un psychotrope qui fait du bien au corps, qui chasse pensées noires, doutes et culpabilité.
Patriotisme et résistance dans la poésie géorgienneBela Tsipuria
Avec la colonisation de son pays par la Russie au XIXe siècle, le peuple géorgien s’est trouvé confronté à la nécessité de forger une nouvelle identité nationale, ce qui s’est réalisé dans l’espace littéraire. Mais alors que la poésie patriotique a été stimulée par le colonialisme, à l’époque postcoloniale, c’est son dysfonctionnement par rapport à la réalité nouvelle qui est apparu.
Métamorphose du sacrifice. De mourir pour la patrie à la tyrannie du marchéJohn Christopher Barry
L’État charismatique qui incarnait la nation et inspirait jadis ferveur patriotique et sacrifice s’est vu remplacé par un nouveau Moloch, la Finance transnationale, qui ne connaît aucune patrie, morale ou politique, autre que celle de sa propre nature jamais satisfaite, et qui exige qu’on lui sacrifie le monde entier.
« Réfléchir d’abord à ce qui nous lie aux autres »Entretien avec Benoît Gourmaud
Qu’est-ce que le patriotisme pour un chef d’entreprise français ? Entretien avec l’un d’eux, à la tête d’une entreprise industrielle du secteur agroalimentaire implantée sur le territoire national, mais également à l’étranger, en particulier en Chine.

Cette entrée a été publiée dans La revue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.