Numéro 20


 

L’ARMÉE DANS L’ESPACE PUBLIC

Lire l’éditorial du numéro 20

DOSSIER

De la puissance en général et de la puissance militaire en particulier François Scheer
Avec des forces armées qui ont subi depuis cinquante ans de sévères cures d’amaigrissement, la France peut-elle encore tenir le rang que lui confère son statut de membre permanent du Conseil de sécurité de l’onu ? A-t-elle toujours la capacité militaire d’une diplomatie tous azimuts ?

Le soldat, incarnation du tragique du mondeJean-Louis Georgelin
La légitimité du soldat et sa place unique dans la société tient à son acceptation du sacrifice de sa vie et de la possibilité de tuer au nom des intérêts supérieurs de l’État. C’est dans la « civilianisation des esprits » que réside le danger de son effacement.

La fin d’un rôle politique – Philippe Vial
Aujourd’hui plus personne en France ne redoute ou n’espère un coup de force militaire. Il n’est plus de général pour incarner un possible homme providentiel ou faire figure de factieux potentiel. Une nouvelle maturité de la tradition républicaine.

Présidents et généraux sous la Ve République Samy Cohen
Comment analyser les rapports entre le pouvoir politique et l’armée dans une démocratie sans verser dans la dénonciation souvent complaisante des dangers du « pouvoir militaire » ou de l’« incompétence » endémique des civils.

L’état militaire : aggiornamento ou rupture ? – Jean-Marie Faugère
L’époque est aux ruptures et l’institution militaire n’échappe pas au phénomène. Le soldat s’interroge sur son utilité et sur sa spécificité face à ces bouleversements qui ne suscitent aucun débat public dans les opinions comme au sein des sphères du pouvoir.

La grande invisible. Du soldat méconnu au soldat inconnuHervé Pierre
Jamais l’armée n’a été autant appréciée mais en même temps aussi peu visible. Une reconnaissance sans connaissance dangereuse. Le soldat aujourd’hui méconnu pourrait en effet se transformer en soldat inconnu, expression du néant qui caractériserait un espace public vidé de sa substance.

Le militaire entre socialisation accrue et perte d’influenceJean-Marc de Giuli
Une lente « socialisation » des militaires s’oppose à une non moins lente mais réelle marginalisation de ses élites. Une analyse de la singularité d’une communauté militaire, de la désacralisation progressive du métier des armes, de la primauté de préoccupations économiques et sociales, des ruptures professionnelles, éthiques et intellectuelles…

Les militaires sont-ils des incompris ?Jean-Luc Cotard
Il est difficile d’aborder les facteurs endogènes qui limitent la capacité de rayonnement des armées. Cet article permet de simplement constater que les militaires ne sont pas assez conscient de leur potentiel d’action, qu’ils ne travaillent pas assez dans la durée et que les modalités de gestion des personnels génère des effets pervers importants.

Internet : une autre manière de rester socialement invisible ?Michel Sage
Si elle s’adapte particulièrement bien au communautarisme inhérent au grand fourre-tout qu’est l’espace public numérique, la spécificité militaire, marquée sur le Web par un repli sur un entre soi convivial et identitaire d’arme ou de spécialité, contribue à pérenniser l’invisibilité sociale des militaires, même si c’est sous une forme nouvelle et technologiquement innovante.

Comment les jeunes voient les arméesBarbara Jankowski
Quelles sont les relations des jeunes avec les armées ? À partir d’une étude récente, cet article éclaire leur évolution et constate que les valeurs auxquelles sont attachés les jeunes Français n’ont pas évolué dans un sens étranger à celles en vigueur dans l’institution militaire.

À propos de quelques perceptions des armées par les jeunes issus des quartiers populairesElyamine Settoul
Décryptage de représentations qui mettent simultanément en balance une rhétorique de la dette ancrée dans l’histoire coloniale et une identification positive aux valeurs qui fondent les ethos militaires.

Le désintérêt du grand publicJean-Guisnel
Le « grand public » s’intéresse peu au monde militaire. Il ne réagit qu’aux grands événements que médiatisent les télévisions. Les morts au combat deviennent alors des victimes, et leurs familles recherchent auprès de la justice la reconnaissance officielle de ce statut. Une attitude qui vient ébranler le consensus dont jouirait la politique de défense française, beaucoup moins solide qu’il n’y paraît.

Un régiment. Une ville. Le 8e RPIMa et CastresÉric Chasboeuf et Pascal Bugis
Le ministre de la Défense se félicitait récemment de la symbiose entre le 8e RPIMa et la ville de Castres. Une réelle et profonde affection gage d’avenir. Tant et si bien que l’attachement à la ville fait désormais partie intégrante de l’esprit de corps propre au 8, alors que Castres se définit avec fierté comme la marraine du régiment.

Qu’est-ce que le service militaire adapté ?Dominique Artur
Le SMA propose à quatre mille jeunes ultramarins en échec social un parcours adapté, complet, cohérent et rapide jusqu’à l’insertion. Un stage qui s’articule autour d’une formation humaine et citoyenne, une formation scolaire, et une formation professionnelle.

Essor et renouveau d’une administration régalienneJean-Michel Mantin
Dans l’histoire des institutions, l’administration militaire occupe une place singulière : elle fut le creuset et le modèle de développement de l’État. Aujourd’hui, elle offre une nouvelle chance à l’armée de peser sur les politiques publiques et sociétales qui la concernent.

 Le service de santé des armées : histoire, enjeux et défisPatrick Godart
Le service de santé des armées occupe une place singulière, à la fois auprès des forces armées et dans le vaste espace public qui est le sien : la santé publique. Pour survivre, il doit parvenir à faire la synthèse complexe entre les évolutions de celle-ci (privatisation, rentabilité…), qui lui sont imposées, et les incompressibles exigences du soutien des forces.

De la fin de la guerre à la fin de l’arméeFrançois Lecointre
L’évaporation de l’échéance guerrière qui, pendant des siècles, a rythmé la vie de la société française, se traduit depuis deux décennies par une transformation radicale des armées qui passe inaperçue car comprise comme une simple série de modernisations et d’adaptations techniques.

« La Suisse n’a pas d’armée, elle est une armée ! »Dominique Juilland
Ce n’est ni une langue ni une culture ni une religion qui réunit les Suisses dans un même pays, mais un pacte d’assistance militaire. Ainsi, durant sept cents ans, l’armée a été le ciment de la nation, et a occupé une place de choix dans les structures de l’État et dans l’esprit des citoyens. Une situation aujourd’hui remise en question.

Cette entrée a été publiée dans La revue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.