Numéro 18


PARTIR

DOSSIER

Pour être « une petite chandelle émerveillée de la vie », entretien avec Pierre Schoendoerffer
Comment peut-on s’en aller en guerre ? Inflexions a posé la question au cinéaste et romancier qui s’est confié avec chaleur, confiance et émotion. Le parcours d’une vie, l’annonce de projets et l’évocation de la mort, la sienne, celle qui met fin à tout départ.

Abraham, aventurier de Dieu et de l’humanité, François Clavairoly
Partir est un geste éloquent. Et ce que dit ce geste est illustré de façon exemplaire dans la littérature biblique par la figure d’Abraham : partir est à la fois éloignement et retrouvailles.

« Engagez-vous, vous verrez du pays ! », Éric Deroo
Les armées françaises ont toujours fait appel aux images et aux slogans pour attirer des volontaires. Avec l’épopée coloniale, l’exotisme offre un nouvel argument de poids. La fascination pour l’Orient, le séjour initiatique outre-mer deviennent constitutifs d’une véritable culture, en particulier au sein des troupes de marine.

Un rêve saharien ? Jacques Frémeaux
Le Sahara, dont la conquête fut l’une des grandes entreprises impériales françaises, demeure sans doute un de ses mythes les plus marquants. Et contribua à former un type d’officier français qui sut partager la vie des nomades, les comprendre et imposer ses arbitrages.

Prendre le large. La vie de « marin de guerre », Arnaud Provost-Fleury
Partir constitue depuis toujours une destinée consubstantielle de la condition de marin, qu’il soit plaisancier, pêcheur ou militaire. Prendre la mer implique une relation particulière au bateau, à l’action, au milieu naturel, au danger, à la famille, au temps, à l’équipage, au commandement…

En photos…
(ECPAD)

« Je vous dis à très bientôt », Nicolas Barthe
« Heureux en famille, heureux en amour, entouré d’amis, pourquoi je quitte ce monde doré pour six mois ? » Le témoignage d’un jeune lieutenant.

Carnet d’un sergent, Christophe Tran Van Can
Difficulté de l’arrachement à la famille mais fierté d’être responsable de ses hommes et de tester « pour de vrai » ce qu’on a appris. Le sergent Tran Van Can livre ici des extraits du journal qu’il a tenu à l’occasion de sa mission en Afghanistan.

« Partir, c’est mourir un peu… » Nostalgies d’hier et d’aujourd’hui, Yann Andruétan
Louis XIV est inquiet. Ses meilleurs soldats, ses gardes suisses, sont pris de langueur lorsque résonne le Ranz des vaches. Paralysés par le « mal du retour », la « nostalgie ».

Légion étrangère : partir en chantant, Benoît Durieux
Celui qui rejoint la Légion cherche à trouver autre chose, mais aussi à quitter son passé et à recommencer sa vie. Une fois engagé, sa quête se poursuit, son esprit tout entier tourné vers son prochain départ pour le combat. Et, cela, ce sont les chants de la Légion qui en parlent le mieux et nous révèlent son âme…

En chansons…

Vingt ans d’absence. Le cas des soldats marocains, Abdeslam Benali
Les très longues durées d’absence du militaire sont une particularité des forces armées royales marocaines. L’organisation traditionnelle des familles, les aides et solidarités permettent que le fonctionnement familial se stabilise avec l’éloignement du père.

Celles qui restent, Emmanuelle Diolot
Pendant l’absence se met en place un jeu de dupe pour le bien de l’autre. Un jeu qui laisse des traces, d’autant que « celles qui restent » ne se sentent pas valorisées : « double peine » affirme l’auteur.

Il n’est pas plutôt revenu qu’il lui faut repartir !  André Thiéblemont
Les soldats français sont aujourd’hui des semi-nomades. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes. Sur le plan professionnel avec l’instauration implicite d’une hiérarchie de compétence fondée sur la participation aux opérations extérieures, mais aussi sur le plan familial et affectif.

Un choix assumé, des contraintes partagées, Séverine Barbier
Une grande majorité de jeunes recrues embrassent la carrière militaire dans le cadre d’une quête identitaire ou par tradition familiale. Elles n’ignorent pas que leur carrière sera ponctuée de nombreux déplacements, missions ou affectations à l’étranger. Quelles relations les militaires nouent-ils avec la notion de départ ?

Se préparer au départ, Bertrand Noirtin
Plus que jamais, la préparation opérationnelle des forces doit intégrer les dimensions humaines, notamment la culture et l’organisation sociale des pays dans lesquels elles vont être projetées. C’est le rôle de l’École militaire de spécialisation de l’outre-mer et de l’étranger.

Quand la famille part aussi…
  Délia Dascalescu
Du départ en urgence, seul, pour une mission de courte durée, au départ de longue durée en famille, attendu et minutieusement préparé, les contraintes et les effets sont radicalement différents.

Quels enjeux pour ceux qui restent ? Regards sur les familles de militaires, Virginie Vautier
Depuis la première guerre du Golfe, une attention particulière est portée au sein des armées aux conséquences psychiques des missions opérationnelles. Mais cette préoccupation est centrée sur le soldat. Qu’en est-il des familles ?

Partir en Algérie, partir d’Algérie, Marc Bressant
Entre 1956 et 1962, deux millions de jeunes Français « appelés sous les drapeaux » ont passé deux années de leur vie en Algérie. Dans quel état d’esprit sont-ils partis ? Qui étaient-ils devenus et que ressentaient-ils quand, deux ans plus tard, ils repartaient ?

Dromomanies militaires, Patrick Clervoy
Dans les armées, la fugue prend le nom de désertion. Un fait grave. Or les experts du XIXe siècle ont regardé les fugueurs comme de grands malades, victimes d’une pathologie appelée « dromomanie ».

POUR NOURRIR LE DÉBAT
Afghanistan : comment en sortir ? Jean-Charles Jauffret
Au moment où la mort de Ben Laden marque un premier succès d’importance sur le terrorisme, il convient de s’interroger sur les diverses possibilités de sortie de crise en Afghanistan où les Américains et la quarantaine de nations qui composent la fias interviennent contre un ennemi diffus mais tenace depuis 2001.
Mesurer les violences sur le champ de bataille européen au XIXe siècle, Walter Bruyère-Ostells
Quelle est l’évolution des formes de violences dans les batailles ? De l’usage intensifié de l’artillerie et de l’efficacité renouvelée des armes à feu individuelles, au combat à la baïonnette revisité par la vision héroïque des mémorialistes.
Droit et spécificité militaire, Emmanuel-Marie Peton
La spécificité militaire a souvent été étudiée d’un point de vue philosophique et sociologique. Or l’approche juridique permet également de comprendre son évolution.

Cette entrée a été publiée dans La revue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.