Numéro 15

LA JUDICIARISATION DES CONFLITS

Lire l’éditorial du numéro 15

DOSSIER

Héros, victime, judiciarisé, Henri Hude
Le militaire est médiatiquement passé de l’état de héros à celui de victime puis à celui de judiciarisé. Un fait qui ne va pas de soi.

De certaines conséquences de la judiciarisation, Antoine Windeck
La judiciarisation des opérations militaires, qui cherche à établir des responsabilités individuelles, peut conduire à distendre le lien de confiance sur lequel repose l’engagement libre, conscient et responsable des soldats qui risquent leur vie au combat au nom de l’État et de la Nation.

Dilemmes en opérations, Luc Grasset
Le soldat se sent aujourd’hui mal à l’aise entre le droit d’usage de la force, qu’il est le seul à détenir, et le cadre juridique de plus en plus proche du droit commun dans lequel il évolue.

La responsabilité pénale de la sécurité civile, Joël Prieur
Fondamentalement confrontés à la « mise en danger d’autrui » par les ordres qu’ils donnent sur le terrain, les sapeurs pompiers évoluent désormais dans un contexte juridique tout aussi incertain, compliqué et mouvant que leurs interventions.

Dédramatisons !, François Labuze
À condition qu’elle soit connue et maîtrisée, l’intrusion du monde judiciaire dans la sphère militaire n’est ni une menace ni un frein à l’action, mais une protection.

L’arsenal juridique sur les théâtres d’opérations, Monique Liebert-Champagne
Le droit a su prendre en compte la spécificité du métier des armes puisque les soldats envoyés en opérations extérieures bénéficient de dispositions particulières qui ont évoluées dans un sens plus protecteur avec l’entrée en vigueur du nouveau statut général des militaires.

Le glaive et la balance : à la recherche d’un équilibre, Alexandra Onfray
Les chiffres montrent qu’il n’existe aujourd’hui aucune tendance à l’accroissement du nombre des affaires jugées. Tout porte pourtant à croire que l’exposition judiciaire des armées pourrait se renforcer dans les années à venir. Cette perspective doit conduire à réfléchir à un nouvel équilibre.

L’épée de justice, Dominique Alibert
En s’appuyant sur des sources variées des ixe-xiie siècles, il s’agit de décrire comment le symbole même de la force et de la fonction guerrière s’est transformé en symbole de justice.

Pourquoi une prévôté ?, Stéphane Uséo
C’est une prévôté renouvelée, mieux adaptée aux évolutions stratégiques et juridiques, qui s’impose désormais entre les hommes envoyés en opex et les magistrats métropolitains, et offre un véritable appui au commandement lors de la conduite des opérations.

Le conseiller juridique : une aide à la décision, Julie Marionneau
Le témoignage d’un Legad, ou conseiller juridique en opération, qui permet de saisir de manière pragmatique l’une des multiples facettes de la judiciarisation du champ de bataille.

L’arme du droit, Loria Israël
Dans quelle mesure le droit peut-il être considéré comme une manière efficace de contester ou de revendiquer ?

À l’occasion de la judiciarisation du métier de soldat, Alain Maillard de la Morandais
Depuis la Seconde Guerre mondiale, la guerre n’est plus un combat mais un acte de conquête qui répond à un projet de domination, lequel deviendra « vérité ».

POUR NOURRIR LE DÉBAT

Giovanni Pesce, une chemise rouge dans la guerre civile espagnole, Walter Bruyère-Ostells
Diversité des motivations et des idéaux des membres des Brigades internationales, difficultés d’adaptation psychologiques face à la brutalité des combats… à travers l’itinéraire de l’un des ces volontaires.

De la difficulté de communiquer sur la communication des opératons militaires, Jean-Luc Cotard
Il est difficile de communiquer sur les opérations militaires en cours, encore plus d’expliquer comment le ministère de la Défense le fait. Retour sur l’article de Martin Klotz publié dans le n° 14 d’Inflexions.

Cette entrée a été publiée dans La revue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.