Toute l’histoire : Napoléon

Il  faut toujours beaucoup d’audace et un peu d’inconscience pour se lancer dans une vie de Napoléon. Et, lorsqu’on choisit de porter cette vie hors du commun à l’écran, de multiples écueils surgissent, aussi inattendus que redoutables. Jusqu’à présent, seul l’Américain David Grubin avait osé réaliser un documentaire de près de quatre heures sur la vie de l’Empereur. C’était en 2000, et l’expérience avait été saluée par la critique. Douze années plus tard, Jean-Louis Molho propose de revenir sur le parcours de Napoléon Bonaparte en pas moins de… dix épisodes de 52 minutes chacun, diffusés sur la chaîne Toute l’histoire en novembre et décembre 2012. Que faut-il en penser ? En premier lieu, le style comme le ton de ce documentaire fleuve maintiennent l’attention et l’intérêt du téléspectateur jusqu’à la fin de l’aventure impériale, pourtant bien connue de tous. A côté de Pierre-Alain de Garrigues, deux narrateurs de choix ont été convoqués pour l’occasion : Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, à qui Francis Huster prête sa voix, et Jean-Roch Coignet, le fameux capitaine « grognard » des armées impériales, que joue André Dussollier. Ce procédé narratif facilite la lecture et la compréhension des événements historiques relatés. Quelques spécialistes pinailleront ça et là sur de menus détails, mais l’ensemble est d’une belle rigueur historique. Les auteurs du documentaire, Jean-François Coulomb des Arts et Alain Fuster, ont associé à leur travail de très nombreux « napoléonologues », au nombre desquels Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon- et auteur d’une magistrale – Nouvelle histoire du Premier Empire – périodiquement recensée dans L’Histoire – et David Chanteranne, rédacteur en chef de la Revue du Souvenir napoléonien et auteur d’une quinzaine d’ouvrages sur l’Empire. En second lieu, c’est le traitement visuel de l’ensemble qui interpelle. Le documentaire mêle avec habileté interviews, illustrations classiques (peintures, gravures) et évocations en 3D, notamment pour les scènes de batailles : des cartes animées en offrent toujours de  très pédagogiques clés de lecture. Quant au choix de patiner les images, il donne un côté « vintage » à l’ensemble plutôt réussi. Enfin, il fallait une partition inspirée pour donner à cette fresque la tonalité d’une épopée. La création musicale de Maximilien Mathevon confère souffle et lyrisme à ce Napoléon qui instruit avec honnêteté sans ennuyer un seul instant.

Une série documentaire en dix épisodes réalisée par Jean-Louis Molho. Tous les jeudis à partir du 29 novembre sur la chaine Toute l’histoire.

Cette entrée a été publiée dans Brèves. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.