Les défenseurs de la paix, 1899-1917

Au cours du colloque portant sur Les défenseurs de la paix, 1899-1917 qui se tiendra du 15 au 17 janvier 2014, l’Université Paris-Est Créteil (CRHEC), l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (ACP) et l’Institut historique allemand proposent de réfléchir sur l’écroulement de la paix et sur l’échec de ceux qui ont voulu empêcher l’éclatement d’une grande guerre européenne, ou ont cherché à en interrompre le cours.

Les limites chronologiques indiquent que seront prises en considération les premières années du XXe siècle (à partir de 1899, année de la première conférence de La Haye), celles de « l’avant-guerre », mais aussi les années de guerre elles-mêmes, ce qui permettra d’étudier les actions en faveur de la paix menées parmi les neutres ou belligérants tardifs (Italie, États-Unis etc.), comme parmi les pacifistes ou partisans d’une paix négociée au sein des belligérants.

En prenant comme limite chronologique l’année 1917, il s’agit d’insister sur le retour en force des revendications de paix, sur la dimension révolutionnaire qu’elles prennent en Russie, sur la façon dont elles se manifestent au sein de tous les pays et de tous les peuples au cours de cette année de crise. En même temps, avec l’entrée en guerre des États-Unis, l’échec de la conférence de Stockholm, le raidissement des gouvernements des deux camps, l’année 1917 clôt les derniers espoirs de retour à la paix par la négociation et sonne le glas de l’Europe et du monde d’avant 1914.

Ce colloque sera l’occasion de faire le point des travaux menés sur le pacifisme juridique, les tentatives de résolution pacifique des conflits par l’arbitrage, le développement du droit international – tentatives menées tant au niveau politique (conférences de la Haye, Union interparlementaire etc.) qu’au niveau de sociétés militantes (sociétés de paix, Bureau international permanent de la paix), d’organisations et initiatives non gouvernementales (Prix Nobel de la paix, fondation Carnegie etc.). Il s’agirait également de poursuivre les travaux consacrés aux animateurs de la deuxième Internationale et aux idées et initiatives de paix impulsées par les leaders et militants ouvriers. On retrouverait certains de ces acteurs pendant la guerre mais aussi des acteurs nouveaux (syndicalistes, femmes, révoltés, objecteurs de conscience), et des tentatives même avortées mais significatives (conférence de Stockholm, appels de Benoît XV etc.).

En se centrant sur les acteurs (individuels ou collectifs), le colloque cherche à intégrer un certain nombre de perspectives et de renouvellements de la réflexion historique, en s’attachant par exemple aux itinéraires individuels, aux réseaux, aux représentations et initiatives culturelles, aux formes de résistances, aux courants intellectuels et pouvoirs dominants, aux controverses menées avec les contempteurs du pacifisme, mais aussi aux divergences au sein du camp de la paix, ou à la dimension affective de la cause de la paix.

Programme :

Mercredi 15 janvier 2014, matin

9h : Accueil des participants.
9h15-9h45 : Rémi Fabre, Université Paris-Est Créteil, CRHEC : Introduction.

Séquence 1. Désirs de paix (9h45-11h30).
Présidence : Fabienne Bock.

Nathalie Gintzburger, EHESS, Paris : Soutenir la paix au café du village.
Galit Haddad, EHESS, Paris : Le pacifisme iconographique : Dessiner le refus de la guerre en 1914-1918.
Keith Grieves, Kingston University, Royaume-Uni : A future too awful to contemplate : Old Liberals, landscape preservationism and local patriotism in England in 1917.

Séquence 2. La paix et la question des nations dans l’avant-1914 (11h45-13h15).
Présidence : Jean-Jacques Becker.

Nicolas Pitsos, INALCO, Paris : Pour la paix dans les Balkans : projets pour la résolution pacifique de la question d’Orient au début du XXe siècle.
Piotr Szlanta, Warsaw University/DHIW, Pologne : Poles : nation without pacifists ? Phenomenon of war and the Polish public opinion 1899-1914.
Gérald Sawicki, Université de Lorraine : Appels et manifestations en faveur de la paix : La contribution des Alsaciens-Lorrains en 1913.

Mercredi 15 janvier 2014, après-midi

Séquence 3. Familles spirituelles et défense de la paix (14h30-16h).
Présidence : Luis Martin.

Fulvio Conti, Université de Florence, Italie : La franc-maçonnerie et le mouvement pour la paix en Italie et en Europe (1899-1917).
Gearoid Barry, National University of Ireland, Galway, Irlande : Realms of peace activism: religious internationalism, secular internationalism and the pre-history of Catholicism pacifism, 1899-1917.
Claudia Baldoli, Newcastle University, Royaume-Uni : The Catholic Peasant Protest against War in the Po Valley, 1914-1917.

Table-ronde. Défense de la paix et droit international (16h30-18h30).
Modérateur : Jean-Michel Guieu.

Gabriela Frei, Cambridge University, Royaume-Uni : The Institut de Droit International and the Making of Law for Peace, 1899-1917.
Marilena Papadaki, EHESS, Paris : Nicolas Politis (1872-1942) : la jurisprudence sociologique française et l’action des juristes internationalistes au service de la paix internationale à la fin du XIXème siècle.
Caroline Tixier, Assemblée nationale, Paris : La doctrine solidariste de Léon Bourgeois : De la nébuleuse radicale française aux Conférences de la Haye.
Jakob Zollmann, WZB Berlin, Allemagne : The Practices of Interstate Arbitration before World War I. Actors, Advocates, and Critic.

Jeudi 16 janvier 2014, matin

Séquence 1. Les défenseurs de la paix au défi de la guerre. 1 (9h-11h).
Présidence : Nicolas Offenstadt.

Lucio D’Angelo, Université de Pérouse, Italie : Les pacifistes démocratiques et l’intervention de l’Italie dans la Première Guerre mondiale.
Andrew Barros, Université du Québec, Montréal : A Weapon in a Greater and Longer Irenic Campaign : The Carnegie Endowment for International Peace and the First World War, 1910-1917.
Nadine Akhund, Columbia University New York/IRICE, et Stéphane Tison, Université du Maine, CERHIO, Le Mans : L’appel à l’Amérique. L’action de N. Murray-Butler et Paul d’Estournelles de Constant en faveur de la paix pendant la Grande Guerre (1914-1917).
Rémy Cazals, Université Toulouse 2-Le Mirail : Une pacifiste au travail en pleine guerre : Marie-Louise Puech (1915-1916).

Séquence 2. Les défenseurs de la paix au défi de la guerre. 2 (11h30-13h).
Présidence : Gerd Krumeich.

Lukas Keller, Freie Universität Berlin, Allemagne : L’empire allemand en guerre : l’État, la société majoritaire et le « danger pacifiste ».
Justin Olmstead, Northwestern Oklahoma State University, États-Unis : Peace, a Tactical Approach : How Britain and Germany Abused the Promise of Peace during the First World War.
Michael Riemens, University of Applied Sciences, Groningen, Pays-Bas : Neutral peace initiatives and activities during the Great War: The Dutch Anti-War Council and the Central Organization for a Durable Peace.

Jeudi 16 janvier 2014, après-midi

Séquence 3. L’éducation au service de la paix (14h30-15h30).
Présidence : Arndt Weinrich.

Jean-François Condette, Université d’Artois : « La guerre agonisante » : les combats pour la paix de la revue pédagogique Le Volume (1899-1914).
Stéphanie Manfroid, Mundaneum, Mons, Belgique : Les tentatives éducatives de promotion du pacifisme par l’action concertée d’Henri La Fontaine et Paul Otlet : du partage de la connaissance à l’organisation de la paix.

Table-ronde. Femmes et mouvements de femmes dans la défense de la paix (16h-18h).
Modératrice : Verdiana Grossi.

Jean Mills, John Jay College, University of New York, États-Unis : « With every nerve in my body I stand for peace ». Jane Ellen Harrison and the Heresy of War.
Anna Norris, Michigan State University, États-Unis : Madeleine Vernet : itinéraire d’une féministe pacifiste et antimilitariste.
Maria Grazia Suriano, Université de Bologne, Italie : War, Peace and Suffrage. The Italian section of the Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) between Pacifism, Internationalism and Fascist persecutions (1915-1927).
Dagmar Wernitznig, University of Oxford, Royaume-Uni : Between Frontlines : The Militant Pacifist Rosika Schwimmer (1877-1948) and Her Total Peace Effort.

Keynote lecture/conférence publique (18h-20h).

Conférence présentée par Norman Ingram.
Martin Ceadel, New College, University of Oxford, Royaume-Uni : 1899-1917: A Critical Epoch in the History of the Peace movement.

Vendredi 17 janvier 2014 matin

Séquence 1. Pacifisme du mouvement ouvrier, pacifisme radical. 1 (9h-10h).
Présidence : Jean-Louis Robert.

Elisa Marcobelli, IHA/EHESS, Paris : La SFIO face à la loi de trois ans : Conjuguer antimilitarisme et défense de la patrie.
Donatella Cherubini, Université de Sienne, Italie : Pacifist and Anti-revolutionary Italian Socialism in the Context of World War I. G.E. Modigliani in the Zimmerwald Movement:“War to war” and the United States of Europe (1915-1917).

Séquence 2. Pacifisme du mouvement ouvrier, pacifisme radical. 2 (10h30-12h).
Présidence : Jean-Louis Robert.

Julien Chuzeville, Paris : Le Comité pour la reprise des relations internationales, ou le rassemblement du mouvement ouvrier pacifiste révolutionnaire en France (1915-1917).
Michel Rapoport, Université Paris-Est Créteil, CRHEC : Bertrand Russell, un apôtre du pacifisme.

Vendredi 17 janvier 2014, après-midi

Séquence 3. La diffusion des idées pacifistes dans l’Europe de la Belle Époque (13h30-15h).
Présidence : Jay Winter.

Jean-Rémy Bezias, CMMC, Université de Nice : Albert 1er de Monaco et Bertha von Suttner : une relation au service de la paix (1900-1914).
Enrica Costa Bona, Université de Pavie : Le Bureau international permanent de la Paix et les Congrès universels.

Allocution de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco.

Table-ronde de conclusion (15h30-17h).
Modérateur : Thierry Bonzon.

Avec la participation de : Carl Bouchard, Université de Montréal, Canada ; Sandi E. Cooper, Université de New York, États-Unis ; Norman Ingram, Université de Concordia, Montréal, Canada ; Werner Winstersteiner, Université de Klagenfurt, Autriche.

Cette entrée a été publiée dans Brèves. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.