Le prix Erwan Bergot décerné à Andréi Makine

Chaque année, depuis 1995, le prix littéraire de l’armée de Terre, baptisé du nom du journaliste et écrivain Erwan Bergot, ancien officier parachutiste, honore

une œuvre célébrant l’engagement au service de la France et de ses valeurs essentielles. Le livre récompensé cette année,  Le Pays du lieutenant Schreiber, publié aux éditions Grasset, rend hommage à un héros oublié, Jean-Claude Servan-Schreiber, combattant et résistant demeuré méconnu.

Pour Andréi Makine, c’est une réparation envers un homme qui « a vécu à l’encontre de la haine, aimé au milieu de la pire sauvagerie des guerres, un soldat qui avait su pardonner mais n’avait rien oublié. Son combat rendait leur vraie densité aux mots qu’on n’osait plus prononcer : héroïsme, sacrifice, honneur, patrie… Ce livre n’a d’autre but que d’aider la parole du lieutenant Schreiber à vaincre l’oubli ».

L’auteur, né en Sibérie, a publié de nombreux romans parmi lesquels Le testament français(prix Goncourt, prix Goncourt des lycéens, prix Médicis, 1995), La musique d’une vie(prix RTL-Lire, 2001) et L’amour humain(2006).

Par ailleurs, le jury a décidé, à l’unanimité, d’attribuer une mention spéciale à l’ouvrage du colonel Michel Goya, Sous le feu, édité chez Tallandier. Cet officier d’active, homme d’action et de réflexion, déjà auteur de plusieurs livres, a voulu faire partager le fruit de ses recherches sur le combat « qui n’est pas un phénomène normal » et le comportement de ceux qui y participent. Avec cette mention spéciale, le jury a voulu manifester son enthousiasme pour cet ouvrage exceptionnel qui passionnera les lecteurs qui se sont déjà demandé « comment des hommes ordinaires peuvent faire des choses extraordinaires ? »

Cette entrée a été publiée dans Brèves. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.