La bataille. Du fait d’armes au combat idéologique

Les 5 et 6 décembre 2012, le CERHIO de l’université de Rennes-II organise, avec le Centre de recherche des Écoles de Coëtquidan (Écoles Saint-Cyr-Coëtquidan) un colloque international sur le thème « La Bataille. Du fait d’armes au combat idéologique, XIe – XIXe siècle » sur le campus Villejean.

Longtemps confisquée par l’histoire militaire et diplomatique traditionnelle, volontiers disqualifiée, pour cette raison même, par les historiens issus de la « révolution des Annales », l’histoire-bataille a pourtant effectué, ces dernières années, un retour spectaculaire dans le champ des études historiques. Il est vrai que celle-ci s’est ouverte à de nouvelles problématiques qui font, par exemple, la part belle à l’expérience vécue des combattants ou aux enjeux mémoriels de l’événement.

Ce colloque  s’inscrit résolument dans cette perspective renouvelée de l’histoire militaire en privilégiant les usages idéologiques de la « bataille » sans négliger pour autant la violence très concrète des combats. Plus que de l’événement lui-même (dont la connaissance intime est le plus souvent étouffée par le fracas des armes), il sera surtout question ici des motivations idéologiques des belligérants, de la mise en récit des batailles et de leur exploitation à des fins politiques ou mémorielles.

Appréhendée sur la longue durée, du XIe au XIXe siècle, d’Hastings (1066) à Bazeilles (1870) en passant par Auray (1364), Dinant (1466), Lépante (1570), Beachy Head (1690) ou Leipzig (1813), la « bataille » apparaît comme le lieu d’un intense investissement militaire, politique et idéologique. C’est peut-être qu’une « bataille » ne se remporte pas seulement sur le terrain militaire, mais aussi et peut-être surtout sur celui de l’imaginaire…

Contact : christine.bechameil@univ-rennes2.fr ou 02 99 14 18 66

Cette entrée a été publiée dans Brèves. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.