1913, l’attente de la guerre

Après la Grande Guerre, il était difficile de dire et même de penser que cette guerre qui avait fait dix millions de morts aurait pu ne pas avoir lieu. D’où l’idée générale qu’elle avait été inéluctable. En a-t-il bien été ainsi ? Certes la période de l’avant-guerre avait souvent été troublée, crises marocaines de 1905 et de 1911, guerres balkaniques de 1912-1913, les principales puissances européennes  divisées en deux groupes antagonistes, renforcement des armées d’active française et allemande, Jaurès consacrant son éloquence à lutter pour la paix… L’histoire ne se réécrit pas, mais un siècle plus tard et depuis longtemps, n’est-il pas légitime de se demander si vraiment, en 1913, dans leur masse, les populations européennes étaient dans « l’attente » de cette guerre qui allait changer la face du monde ?

Conférence de Jean-Jacques Becker, professeur émérite université Paris X-Nanterre, président d’honneur du Centre international de recherche de l’Historial de Péronne, le 27 octobre à 15h.

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Réservation auprès du Centre de recherche de l’Historial de Péronne : Caroline Fontaine    c.fontaine@historial.org   Tél 03.22.83.14.18

Cette entrée a été publiée dans Brèves. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.